Une avicourse qui fait le printemps: septième semaine

Modérateur : Comité des activités

claudemu
Messages : 21
Inscription : dim. 26 juil., 2020 9:17 pm

Une avicourse qui fait le printemps: septième semaine

Message par claudemu »

Encore aveuglé par les flashs de caméra mitraillant les oiseaux qui paradaient la semaine dernière, je me suis dit que nous étions béni(e)s des dieux encore une fois. Parlant de divinités, elles ont été très influentes cette troisième semaine de mai et se sont entendues entre elles pour nous offrir une belle liste d’apparitions aviaires dignes des cérémonies de Dionysos et Bacchus (le vin et les fêtes). Ai-je Thor de penser que nous avons connu une semaine du tonnerre ? D’abord, Osiris n’a pas trop forcé pour faire croître la végétation qui nous bloque la vue. Puis Persiphone (le printemps), avec l’accord d’Ouranos et d’Horus (le ciel) et la complicité de Pan (la nature), s’est concerté avec Hélios et Bélénos (le soleil), de même que Gaïa (la Terre) pour nous donner une belle semaine de rêve (Morphée était là aussi). Certes, on vit ça et là Fortuna (la chance) intervenir dans cette Saga (poésie, contes) mais Cronos nous a donné le temps tandis qu’Éole a fait ralentir ses vents. Bref, au sein de ce panthéon où règnent le Grand Manitou, Odin, Jupiter et Zeus, rien de ce qui nous est arrivé ne le fut par Toutatis, Shiva ou Mars (la guerre, la destruction) ou Hasard (qui n’est pas un Dieu).

Cybèle (mère des Dieux) est demeurée dans son temple cette fois. Elle garde précieusement sa progéniture de 22 espèces avec l’aide de Vestale, grande prêtresse de Vesta (la famille). Jean-Serge est allé à la chasse aux volatiles (avec l’aide de Diane, déesse de la chasse) sur son territoire et il a accumulé 88 prises, dont la Paruline à gorge noire, celle à flancs marron, le Tyran huppé, le Tyran tritri, le Cardinal à poitrine rose et le Piranga (une création de Brahmâ). En toutes saisons, Cérès et Déméter (les saisons), aidés par Héra, Junon et Isis (fécondité, naissances) apportent des oiseaux merveilleux aux yeux d’Edgar (90 espèces cumulées) le long de son fleuve tranquille et cette fois, ce fut le le Tyran tritri, la Paruline masquée et le moqueur chat. Le flot des migrateurs continue de s’alimenter par les bonnes grâces du messager des dieux Hermès (les voyageurs) et ainsi Daniel Perrier n’a vraiment pas eu à recourir à Magni (le courage) pour admirer une grande panoplie de créatures du ciel (total, 100), dont la Paruline du Canada (18 mai), cadeau d’Aphrodite, de Vénus ou d’Apollon (la beauté). Mais il a aussi vu le Fuligule milouinan, la Bernache cravant, l’Oie des neiges, l’Hirondelle rustique, la Paruline masquée, la Paruline à flancs marron, la Grive des bois, le Moqueur chat, la Paruline à gorge orangée et la Paruline à tête cendrée (des espèces avec beaucoup d’âme, de là l’intervention de la déesse Psyché). Jean-Marc a encore connu une semaine d’enfer (merci à Hadès). Il est en feu et justement, c’est Vulcain (le feu) qui a mis la Sterne pierregarin sur son chemin (22 mai), un être léger quasi irréel mis en forme par Bélisama (la métallurgie). Il a aussi signalé le Troglodyte des marais, le Viréo aux yeux rouges, le Piranga écarlate et le Plongeon huard (parions que c’est une oeuvre d’Ishtar, déesse de l’amour). Il a accumulé 127 espèces, comme protégé depuis les débuts par Vishnu (la protection). Notre équipe a réussi à compter 148 espèces jusqu’à maintenant et inconsciemment nous sommes en train de collaborer au prochain Atlas (des oiseaux nicheurs). En effet, Atlas ne peut pas toujours rester le seul à porter la Terre sur ses épaules !

Si les dieux sont heureux dans les Champs Élysées, ce n’est pas grâce aux nectars, à l’immortalité. Dans leur grande sagesse (Athéna et Minerve ont leur mot à dire) ils admirent plutôt voir les humains, sans le moindre pouvoir, s’agiter pour l’amour des oiseaux, réjouissant au demeurant Éros et Cupidon (l’amour) et Ishtar, bien sûr.

Mais ces divinités capricieuses et imprévisibles, vont-ils nous abandonner de leurs faveurs d’ici la fin de la course et nous laisser aux bons soins de Neptune et Poséidon (les profondeurs océaniques) ou pire, à ceux d’Anubis (gardien de la porte de la finalité) ? Gardons-nous de les juger et faisons confiance à notre nature imparfaite, mais sensible.

Claude Martineau, coordonnateur de la course et simple mortel à votre service.
N.B. Je commençais à flipper avec tous ces interventions divines

Répondre