Liste annotée - Les oiseaux d’hiver en Outaouais

Dernière modification: lundi 25-janv.-21 16:31:36 EST Mario STG

Club des ornithologues de l’Outaouais Janvier 2021

Sommaire

  1. Introduction
  2. Présentation des oiseaux d’hiver
  3. Les hivernants réguliers
  4. Les retardataires et les hivernants occasionnels
  5. Les présences hivernales exceptionnelles
  6. Liste alphabétique

Il est possible de télécharger la version PDF de la liste annotée. La version PDF est la version officielle. La version HTML ci-dessous est publiée pour en faciliter la consultation en ligne. En cas de divergence entre les deux versions, c'est la version PDF qui prime.

Introduction

Introduction

On présente ici, sous la forme d’une liste annotée, les oiseaux d’hiver en Outaouais. Les espèces traitées sont celles qui ont été observées dans la région durant les mois de décembre, janvier et février depuis l’hiver 2005-2006, soit sur une période de 15 ans.

C’est en grande partie un résumé des chroniques des observations régionales, publiées dans la revue L’Ornitaouais par le Club des ornithologues de l’Outaouais. Toutefois cet ouvrage n’est pas exhaustif, puisqu’il ne contient pas les informations antérieures à l’hiver 2005-2006. Il s’agit plutôt d’un bon aperçu de la distribution des oiseaux en hiver dans la région.

Les amateurs d’oiseaux pourront s’en servir comme référence pour leurs sorties ornithologiques. J’exprime ici ma reconnaissance à tous les ornithologues qui ont fait connaître leurs observations. Je tiens aussi à remercier Daniel Toussaint, chroniqueur sur les observations régionales et Rodolphe Dubois, réviseur régional eBird, pour avoir fait la révision de cet ouvrage.

Martin Aubé

Présentation des oiseaux d’hiver

L’hivernage chez les oiseaux est une période transitoire, ou un séjour après la migration d’automne, jusqu’avant de retourner nicher. Avec les nuits plus longues combinées au froid, 70 % des espèces nicheuses ont quitté vers le sud. Il reste alors les espèces sédentaires et résidentes toute l’année, de très faibles effectifs chez certains migrateurs et quelques espèces venues du Nord. En début d’hiver, en décembre, il reste encore quelques retardataires à la périphérie de leur aire d’hivernage habituelle dont quelques-uns qui vont parfois hiverner. Enfin, certains hivers on va découvrir une ou deux espèces loin de leur aire d’hivernage, dont la présence est exceptionnelle dans la région.

Les 148 espèces traitées sont présentées en trois catégories, selon la fréquence de leur hivernage dans la région :

  1. Les hivernants réguliers (64);
  2. Les retardataires et les hivernants occasionnels (56);
  3. Les présences hivernales exceptionnelles (28).

On considère ici un hivernage chez une espèce d’oiseau s’il y a eu au moins une présence entre le 1er janvier et le 20 février. C’est une période raisonnable pour distinguer les migrateurs retardataires présents jusqu’ en décembre ou hâtifs dès la fin de février et qui n’ont pas nécessairement hiverné dans la région.

Dans chacune des catégories on indique le statut de l’espèce dans la région. Il s’agit d’un énoncé qui résume la nature de sa présence.

Principaux statuts :

1. Sédentaire (12): espèce nicheuse de la région qui ne migre pas. Les effectifs se déplacent habituellement à l’intérieur d’une zone restreinte. Elle est présente toute l’année.

2. Résident (17): espèce nicheuse de la région dont les effectifs effectuent des déplacements saisonniers, mais sans migration véritable. Avec plus ou moins d’oiseaux localement selon la saison, elle est présente toute l’année.

3. Nicheur migrateur (73): espèce nicheuse de la région qui effectue sa migration annuelle. La grande majorité des effectifs quittent la région en hiver, mais chez certaines espèces, un très faible nombre peut hiverner chaque hiver ou occasionnellement.

4. Migrateur de passage (17): espèce migratrice nichant à l’extérieur de la région, mais qui se rencontre annuellement lors de sa migration. Certaines espèces peuvent hiverner occasionnellement.

5. Hivernant migrateur (11): espèce migratrice nichant à l’extérieur de la région et qui vient hiverner chaque hiver.

6. Visiteur (17): espèce présente à la suite de divers phénomènes de déplacement, mais pas annuellement.

7. Statut indéterminé (1) : impossible de confirmer l’oiseau à l’espèce.

Dans les chroniques des observations régionales on fait mention d’espèces exotiques, relâchées ou échappées d’élevage. Ces espèces ne sont pas présentées ici puisqu’elles ne font pas partie de l’avifaune indigène.

L’ordre des espèces dans chacune des catégories suit celle apparaissant sur le site web eBird.

1. Les hivernants réguliers

Les 63 espèces de cette catégorie comprennent : 12 sédentaires, 15 résidents, 24 nicheurs migrateurs, 11 hivernants migrateurs et 1 visiteur.

Pour chacune des espèces on indique un indice d’abondance, soit : commun, peu commun ou rare, là où elle se rencontre le plus dans la région. Elle est dite répandue lorsqu’elle se rencontre sur l’ensemble de la région. Le type de milieu qu’elle fréquente est aussi mentionné. On note le nombre d’oiseaux notable observé chez certaines espèces par site ou localité avec la date.

Canard colvert
Nicheur migrateur. Hivernant commun, spécialement aux bassins de rétention, mais plus nombreux en décembre. Se rencontre aussi sur les berges de rivières et sur certains ruisseaux libres de glaces, surtout au sud. Souvent quelques dizaines à Deschênes et au parc de Plaisance au début décembre.
Canard noir
Nicheur migrateur. Hivernant peu commun, spécialement aux bassins de rétention, mais plus nombreux en décembre. Se rencontre sur certaines berges de rivières et de ruisseaux libres de glaces par endroits, surtout au sud. Souvent quelques dizaines à la baie Noire au début décembre.
Garrot à œil d’or
Nicheur migrateur. Peu commun, principalement sur les zones libres de glaces des rivières, surtout aux rapides Rémic et Deschênes à la rivière des Outaouais où ils se groupent pour dormir; jusqu’à 450 oiseaux s’y trouvaient le 18 décembre 2016.
Garrot d’Islande
Hivernant migrateur. Rare et irrégulier, 1 à 2 oiseaux peuvent hiverner à la rivière des Outaouais dans les secteurs Hull-Aylmer. Mentions hivernales à Plaisance, au barrage Mercier, au lac des Écorces, à la rivière Kiamika et à Chute-St-Phillipe.
Grand Harle
Nicheur migrateur. Peu commun sur les zones libres de glaces des rivières, surtout aux rapides Rémic et Deschênes à la rivière des Outaouais. 250 oiseaux tardifs à Papineauville le 15 décembre 2015. Moins nombreux en période d’hivernage.
Gélinotte huppée
Sédentaire. Peu commune mais répandue en forêt feuillue ou mixte au sous-bois dense (le plus souvent un ou deux oiseaux à la fois).
Tétras du Canada
Sédentaire. Peu commun en forêt de résineux, surtout au nord. Habituellement observé en petit nombre.
Dindon sauvage
Sédentaire. Commun, principalement en milieu agro-forestier, introduit au sud et acclimaté jusqu’à Sainte-Anne-du-Lac; populations en hausse. Se regroupent par dizaines dans les champs pour s’alimenter.
Pigeon biset
Sédentaire. Commun en milieu urbain et près des fermes, parfois par dizaines. Se reposent souvent sur les silos.
Tourterelle triste
Nicheur migrateur. Peu commune près des habitations, au sud surtout. Fréquente les mangeoires. Se tient en groupes comptant parfois quelques dizaines d’individus pour se nourrir et pour dormir.
Goéland argenté
Nicheur migrateur. Peu commun, observé surtout aux zones libres de glaces de la rivière des Outaouais, notamment aux rapides Deschênes. Les populations hivernales fluctuent. Parfois présent par centaines au dépotoir de Mont- Laurier au début décembre.
Aigle royal
Nicheur migrateur. Plutôt rare, répandu en milieu forestier et agro-forestier. 1-2 hivernent habituellement à l’escarpement d’Eardley. 6 oiseaux au lac Tapani le 5 janvier 2013 exceptionnellement attirés par des faisans relâchés là. Observé à six endroits l’hiver 2019-2020.
Épervier brun
Nicheur migrateur. Peu commun, en différents milieux, mais plutôt en milieu forestier au sud. Souvent solitaire.
Épervier de Cooper
Nicheur migrateur. Peu commun, en différents milieux, au sud principalement. Généralement observé seul. 7 oiseaux le 20 décembre 2015 au recensement des oiseaux de Noël à Gatineau.
Autour des palombes
Résident. Plutôt rare, répandu en milieu forestier. La plupart du temps un seul oiseau.
Pygargue à tête blanche
Nicheur migrateur. Peu commun, mais répandu en différents milieux; fréquente le milieu agro- forestier ainsi que les zones libres de glaces de la rivière des Outaouais. Grégaire en présence de carcasses et de charogne : regroupement exceptionnel de 40 oiseaux au dépotoir de Mont-Laurier le 3 décembre 2020.
Buse à queue rousse
Nicheur migrateur. Peu commune en milieu agro-forestier. 8 oiseaux au lac Tapani les 23 janvier et 21 février 2020 exceptionnellement attirés par des faisans relâchés là.
Buse pattue
Hivernant migrateur. Peu commune en milieu agricole. 9 oiseaux à Shawville le 7 janvier 2007.
Petit-duc maculé
Sédentaire. Rare dans les boisés d’arbres matures au sud. Se rencontre en milieu urbain dans les principaux boisés. Il utilise des nichoirs pour Canards branchus comme gîte grâce auxquels on l’aperçoit la plupart du temps.
Grand-duc d’Amérique
Sédentaire. Peu commun et répandu en milieu forestier et agro-forestier. Souvent houspillé par les corneilles. Il devient moins solitaire en fin d’hiver : 7 oiseaux dans la ZEC Mazana lors d’un inventaire nocturne le 24 février 2020.
Harfang des neiges
Hivernant migrateur. Rare, se rencontre surtout en milieu agricole. Irruptions certaines années : observé à une dizaine d’endroits l’hiver 2017-2018 dont 2 sur les glaces en haut des rapides Deschênes. Souvent observé seul.
Chouette rayée
Sédentaire. Peu commune et répandue en milieu forestier. Souvent houspillée par les mésanges et les corneilles. Souvent observée seule.
Nyctale de Tengmalm
Visiteur. Rare en forêt mixte et de résineux, se rencontre surtout au nord, mais fait parfois irruption au sud. Affectionne les cédrières.
Petite Nyctale
Nicheur migrateur. Rare en forêt mixte et de résineux, surtout au sud. Peut se rencontrer dans les boisés urbains. Affectionne les cédrières.
Pic à dos rayé
Résident. Rare, se rencontre en forêt de résineux au nord.
Pic à dos noir
Résident. Peu commun en forêt mixte et de résineux. Beaucoup moins commun au sud où on le rencontre parfois.
Pic mineur
Résident. Commun et répandu près des habitations, en différents milieux, mais surtout forestier. Fréquente les mangeoires.
Pic chevelu
Résident. Commun et répandu près des habitations, en différents milieux, mais surtout forestier. Fréquente les mangeoires.
Grand Pic
Sédentaire. Assez commun et répandu en milieu forestier et agro-forestier. Se rencontre aussi près des habitations et en milieu urbain.
Faucon émerillon
Nicheur migrateur. Habituellement tardif avec un oiseau par mention. Aperçu parfois en milieu urbain. Hiverne tous les hivers, habituellement au sud, toutefois un était en pleine forêt boréale au nord (chemin de Parent) le 6 février 2016.
Pie-grièche boréale
Hivernant migrateur. Peu commune et plutôt solitaire, se rencontre surtout en milieu agricole. 7 oiseaux à Gatineau le 18 décembre 2011 au recensement des oiseaux de Noël.
Mésangeai du Canada
Résident. Peu commun en forêt mixte et de résineux au nord. Se rencontre parfois au sud.
Geai bleu
Résident. Commun et répandu en différents milieux. Fréquente les mangeoires.
Corneille d’Amérique
Nicheur migrateur. Commune en différents milieux au sud surtout. Les corneilles fréquentant les environs de Gatineau se regroupent dans un dortoir de quelques milliers d’oiseaux à Ottawa.
Grand Corbeau
Sédentaire. Commun et répandu en différents milieux. De plus en plus présent en milieu urbain. 400 oiseaux au dépotoir de Mont-Laurier le 25 décembre 2018 est notable.
Mésange à tête noire
Résident. Commune et répandue en différents milieux. Peut-être le plus commun des oiseaux hivernants. Fréquente les mangeoires.
Mésange à tête brune
Résident. Peu commune, se rencontre en forêt de résineux au nord, en petits groupes de quelques individus parfois mêlés aux Mésanges à tête noire. Se rencontre parfois au sud.
Alouette hausse-col
Hivernant migrateur. Peu commune, se rencontre surtout en milieu agricole au sud, et plus rarement et en petits nombres au nord. 100 oiseaux à Shawville le 9 janvier 2018 est exceptionnel car moins de 20 dans ce secteur dans les hivers récents.
Roitelet à couronne dorée
Nicheur migrateur. Habituellement tardif, Hiverne tous les hivers. Se rencontre dans les boisés de résineux, souvent en compagnie des mésanges.
Sittelle à poitrine rousse
Résident. Commune et répandue en forêt mixte et de résineux. Se rencontre aussi dans les bosquets de résineux en milieu urbain. Fréquente les mangeoires.
Sittelle à poitrine blanche
Sédentaire. Commune en forêt décidue et mixte, surtout au sud. Se rencontre aussi dans les bosquets en milieu urbain. Fréquente les mangeoires.
Grimpereau brun
Nicheur migrateur. Peu commun, se rencontre en forêt mixte surtout au sud, ainsi que dans les bosquets en milieu urbain. Généralement 1 ou 2 oiseaux.
Étourneau sansonnet
Nicheur migrateur. Commun, parfois par dizaines en milieu urbain et près des fermes. Regroupement exceptionnel de 4000 oiseaux au dépotoir de Mont-Laurier le 18 janvier 2014.
Merle d’Amérique
Nicheur migrateur. Peu commun, se rencontre surtout autour des arbres et arbustes fruitiers au sud, notamment dans le secteur Hull à Gatineau. Nombreux certains hivers : 271 oiseaux à Aylmer le 17 février 2017.
Jaseur boréal
Hivernant migrateur. Les populations fluctuent d’un hiver à l’autre, mais habituellement commun et répandu. Se rencontre surtout en groupe dans les arbres fruitiers. Fait parfois irruption d’une localité à l’autre, parfois par centaines : 850 oiseaux le 7 février 2009 à Aylmer.
Moineau domestique
Sédentaire. Commun mais en déclin en milieu urbain et près des fermes, en petits nombres (rarement plus de quelques dizaines). Affectionne les haies de cèdres denses, fréquente les mangeoires. 75 oiseaux au recensement de Noël à Portage-du-Fort le 29 décembre 2014 est exceptionnel.
Gros-bec errant
Résident. Peu commun et répandu en différents milieux, mais plutôt forestiers. Plus commun au nord. Se tient en groupe, fréquente les mangeoires. Les populations hivernales fluctuent. Jusqu’à 200 oiseaux fréquentaient une mangeoire à Lac-St-Paul le 21 février 2012.
Durbec des sapins
Résident. Peu commun en milieu forestier, plutôt nordique mais fait parfois irruption au sud. Il se tient souvent en groupe dans les arbres fruitiers. Parfois nombreux sur le chemin de Parent (250 oiseaux le 21 février 2012).
Roselin familier
Nicheur migrateur. Commun en milieu urbain au sud surtout, mais atteint Mont-Laurier au nord. Fréquente les mangeoires. Se tient habituellement en petits groupes.
Roselin pourpré
Nicheur migrateur. Peu commun et répandu en milieu forestier. Peut être plutôt rare certains hivers. Fréquente les mangeoires. Se tient parfois en groupe.
Sizerin flammé
Hivernant migrateur. Répandu et habituellement commun en différents milieux, surtout forestiers. Toutefois les populations hivernales fluctuent, avec des pics certains hivers (ex : 2000 oiseaux sur le chemin de Parent le 21 février 2012). Se tient en groupe et fréquente les mangeoires.
Sizerin blanchâtre
Hivernant migrateur. Rare, il se tient en très petits nombres parmi les groupes de Sizerins flammés.
Bec-croisé des sapins
Résident. Peu commun et répandu en forêt mixte et de résineux. Plus commun au nord. Les populations hivernales fluctuent et font parfois irruption. Se tient habituellement en petits groupes.
Bec-croisé bifascié
Résident. Peu commun et répandu en forêt mixte et de résineux. Plus commun au nord. Les populations hivernales fluctuent et font parfois irruption. Se tient habituellement en groupes comptant rarement plus de 100 individus (mais 400 oiseaux sur un tronçon de 20 km du chemin de Parent le 27 janvier 2020).
Tarin des pins
Résident. Assez commun et répandu en milieu forestier où il affectionne les résineux. Fréquente les mangeoires. Les populations hivernales fluctuent. Se tient en groupes, par exemple par centaines sur le chemin de Parent certains hivers.
Chardonneret jaune
Nicheur migrateur. Commun en différents milieux broussailleux au sud surtout. Fréquente les mangeoires, se tient habituellement en groupes comptant parfois quelques dizaines d’individus.
Plectrophane lapon
Hivernant migrateur. Rare mais répandu, hiverne en petit nombre (rarement plus de 3) surtout en milieu agricole parmi les groupes de Plectrophanes des neiges.
Plectrophane des neiges
Hivernant migrateur. Commun et répandu, se rencontre parfois en groupe nombreux (plusieurs centaines) en milieu agricole. Facilement détecté en vol par ses sifflements mélodieux.
Bruant hudsonien
Hivernant migrateur. Répandu et habituellement commun, surtout en milieu agricole, dans les friches et les milieux découverts broussailleux. Fréquente les mangeoires. Généralement en petits groupes, mais 86 oiseaux au recensement de Noël à Luskville le 30 décembre 2017.
Junco ardoisé
Nicheur migrateur. Peu commun, se rencontre surtout près des haies de cèdres denses qu’il utilise comme refuge, entre autres en milieu urbain, surtout au sud. Fréquente les mangeoires en petits groupes (moins de 10 en général).
Bruant à gorge blanche
Nicheur migrateur. Peu commun, hiverne en petit nombre au sud, habituellement à une mangeoire où il y a suffisamment de broussaille, en milieu urbain ou près des habitations. 25 oiseaux au recensement de Noël à Gatineau le 20 décembre 2015 est notable. 1 a hiverné au nord à Ferme- Neuve jusqu’au 21 janvier 2014.
Carouge à épaulettes
Nicheur migrateur. Rare, se rencontre en petit nombre près des fermes. Fréquente les mangeoires. Retour hâtif dès la fin février : 80 oiseaux à Quyon le 27 février 2017. 1 a hiverné à Mont-Laurier l’hiver 2017-2018.
Cardinal rouge
Sédentaire. Commun près des habitations au sud surtout. Affectionne les haies de cèdres denses et fréquente les mangeoires. Nombreuses mentions de plus de 10 individus. Maintenant bien implanté dans la région de Mont- Laurier.
2. Les retardataires et les hivernants occasionnels

Les 58 espèces de cette catégorie comprennent : 37 nicheurs migrateurs, 14 migrateurs de passage, 5 visiteurs et 2 résidents.

RAPPEL : On considère ici un hivernage s’il y a eu au moins une présence entre le 1er janvier et le 20 février.

On distingue les présences tardives des hivernages pour lesquels un indice de fréquence est donné par les termes suivants : « habituellement » pour la plupart des hivers; « parfois » pour 1 hivers sur 2 ; « inusité » pour 1 hiver sur 3 ou plus. On note la date et le lieu des principales observations avec le nombre d’oiseaux.

Oie des neiges
Migrateur de passage. Inusitée. Quelques mentions tardives et hâtives : 1 oiseau le 28 décembre 2015 à l’Île-aux-Allumettes; 3 groupes de 100 et plus à Gatineau dès le 25 février 2017 est notable. La plupart du temps observé parmi les Bernaches du Canada.
Bernache du Canada
Nicheur migrateur. Habituellement tardive surtout à la rivière des Outaouais en nombre appréciable (parfois quelques milliers en décembre). Hiverne parfois en très petit nombre sur des zones libres de glaces, observée à différentes localités. Exceptionnelle au nord : 4 à Ferme-Neuve durant l’hiver 2019-2020.
Canard branchu
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en petit nombre, surtout aux abords de la rivière des Outaouais. Hivernant inusité : 2 oiseaux à Hull durant l’hiver 2019-2020.
Canard souchet
Nicheur migrateur. Parfois tardif à la rivière des Outaouais en aval de Gatineau en décembre, généralement moins de 10 oiseaux mais 50 le 10 décembre 2011 à Masson est notable. Aucun hivernage les 15 dernières années.
Canard chipeau
Nicheur migrateur. Tardif certains hivers à la rivière des Outaouais en aval de Gatineau en décembre, rarement plus de 10 oiseaux mais 250 le 1er décembre 2011 à Plaisance est notable. Aucun hivernage les 15 dernières années.
Canard d’Amérique
Nicheur migrateur. Parfois tardif à la rivière des Outaouais en aval de Gatineau en décembre, rarement plus de 10 oiseaux mais 500 le 1er décembre 2011 à Plaisance est notable. Hivernant inusité : un oiseau à Hull en période d’hivernage en janvier 2011. 2 individus hâtifs dès le 21 février 2018 à Aylmer.
Canard pilet
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en petit nombre à la rivière des Outaouais en aval de Gatineau. 7 oiseaux hâtifs le 28 février 2018 à Aylmer, et 3 au même endroit le 25 février 2017. Aucun hivernage les 15 dernières années.
Sarcelle d’hiver
Nicheur migrateur. Habituellement tardive en petit nombre. Pas revue au parc de Plaisance depuis les 16 oiseaux le 3 décembre 2016. Hivernant inusité : 2 oiseaux jusqu’au 10 janvier 2020 à l’étang Grimes à Aylmer.
Fuligule à collier
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en petit nombre (moins de 10) à la rivière des Outaouais. 60 oiseaux le 1er décembre 2016 à la baie Simard à Aylmer est exceptionnel. Hiverne parfois.
Fuligule milouinan
Migrateur de passage. Habituellement tardif en petit nombre à la rivière des Outaouais. Une mention tardive à Lac des Écorces le 2 décembre 2017. 6 oiseaux hâtifs le 25 février 2017 à Deschênes. Hivernant inusité au sud.
Petit Fuligule
Migrateur de passage. Habituellement tardif à la rivière des Outaouais en petit nombre. 120 oiseaux le 2 décembre 2011 à Aylmer est exceptionnel. Inusité en période d’hivernage : 2 présences d’un seul oiseau à Aylmer en janvier 2011 et 2019.
Arlequin plongeur
Visiteur. Un à deux oiseaux hivernent parfois à la rivière des Outaouais dans les secteurs Hull et Aylmer et à l’île Morrison.
Macreuse à ailes blanches
Migrateur de passage. Habituellement tardive en très petit nombre à la rivière des Outaouais. 3 oiseaux à Lac des Écorces le 1er décembre 2016. Une seule présence en période d’hivernage les 15 dernières années : 10 et 11 février 2014 à Deschênes.
Macreuse à bec jaune
Migrateur de passage. Parfois tardive en très petit nombre à la rivière des Outaouais. 4 oiseaux à Pointe-au-Chêne le 5 décembre 2010. Une mention tardive au nord à Lac-des-Écorces le 25 décembre 2015. Aucun hivernage les 15 dernières années.
Harelde kakawi
Migrateur de passage. Habituellement tardif en petit nombre aux rapides de la rivière des Outaouais surtout dans les secteurs Hull et Aylmer. Hivernant inusité, 1 oiseau à Aylmer jusqu’au 5 février 2019.
Petit Garrot
Migrateur de passage. Habituellement tardif sur la rivière des Outaouais en très petit nombre. 30 oiseaux à Aylmer le 6 décembre 2015 est exceptionnel. Hiverne parfois aux rapides Rémic et Deschênes, jusqu’à 10 oiseaux le 5 février 2016; habituellement 1 à 2 oiseaux.
Harle couronné
Nicheur migrateur. Habituellement tardif, se rencontre entre autres à la rivière des Outaouais, mais également à d’autres localités sur les zones libres de glaces comme le lac des Écorces où 150 oiseaux le 4 décembre 2009 est exceptionnel. Hiverne habituellement en petit nombre. Présence à différentes localités. 7 oiseaux au lac McGregor le 30 janvier 2019.
Harle huppé
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en petit nombre à la rivière des Outaouais, 9 oiseaux à Quyon le 5 décembre 2019. Observation plus au nord : 2 au lac des Îles le 1er décembre 2017 et 2 au lac des Écorces les 4-5 décembre 2016. 1 à 2 oiseaux hivernent parfois.
Grèbe à bec bigarré
Nicheur migrateur. Inusité jusqu’au début décembre (4 présences) au parc de Plaisance. Mention hivernale la plus tardive : 1 le 5 décembre 2008.
Grèbe esclavon
Migrateur de passage. Quatre présences, inusité jusqu’en début d’hiver à la rivière des Outaouais. Une présence en période d’hivernage : 1 à Hull les 7-8 janvier 2020.
Grèbe jougris
Migrateur de passage. Habituellement tardif en très petit nombre. 3 oiseaux à Duhamel le 27 décembre 2014. Hivernant inusité: 1 au lac Simon et 1 à Hull en 2016, 1 à Deschênes en 2013 et en 2014.
Foulque d’Amérique
Nicheur migrateur. Inusitée, 5 présences tardives dont 7 oiseaux au parc de Plaisance le 5 décembre 2009, 1 à Masson le 31 décembre 2014.
Bécassine de Wilson
Nicheur migrateur. Quatre présences : 1 à Plaisance le 1er décembre 2011, 1 à Aylmer le 4 décembre 2013, et hivernages d’un individu à Hull du 27 au 31 janvier 2019 et à Quyon du 31 janvier au 17 février 2010.
Goéland à bec cerclé
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en petit nombre, se tient parmi les Goélands argentés aux rapides de la rivière des Outaouais dans les secteurs Hull et Aylmer. Retour hâtif, parfois nombreux en fin d’hiver au Parc Moussette à Hull : 450 oiseaux le 28 février 2018.
Goéland arctique
Migrateur de passage. Habituellement tardif en très petit nombre parmi les groupes de goélands aux rapides de la rivière des Outaouais dans les secteurs Hull et Aylmer. 4 observés le 18 décembre 2014; 2 à Mont-Laurier le 21 décembre 2014. Parfois hâtif en fin février. Hivernant inusité.
Goéland bourgmestre
Migrateur de passage. Tardif en petit nombre parmi les groupes de goélands aux rapides de la rivière des Outaouais dans les secteurs Hull et Aylmer. 16 oiseaux le 16 décembre 2018 à Aylmer est notable. Habituellement 1-3 au dépotoir de Mont Laurier au début décembre. Hivernant inusité: quelques présences ponctuelles à Aylmer en janvier et février. Habituellement hâtif dès la fin février, 6 à Grenville le 27 février 2018.
Goéland marin
Migrateur de passage. Habituellement tardif parmi les groupes de goélands aux rapides de la rivière des Outaouais dans les secteurs Hull et Aylmer. 200 oiseaux au parc Moussette à Hull le 18 décembre 2005 est exceptionnel. Observé parfois en petit nombre en période d’hivernage. Hâtif dès la fin de février : 50 à Hull le 20 février 2016.
Plongeon catmarin
Migrateur de passage. 1 à 2 oiseaux parfois tardifs jusqu’en décembre, surtout aux rapides Deschênes. 19 oiseaux à Plaisance le 1er décembre 2008 est exceptionnel. Hivernant inusité à ce site : 1 oiseau le 8 janvier 2012. Une présence exceptionnelle au lac McGregor le 26 décembre 2015.
Plongeon huard
Nicheur migrateur. Habituellement tardif à la rivière des Outaouais. Observé à 5 sites du 1er au 15 décembre 2019, 1 seul oiseau par endroit. Présences plus au nord autour de Mont-Laurier jusqu’au gel des lacs. Hivernant inusité. Quelques présences jusqu’au début janvier à Aylmer, Luskville et Rapides-des-Joachims.
Cormoran à aigrettes
Nicheur migrateur. Inusité, cinq présences dont une en période d’hivernage : 1 à Aylmer jusqu’au 21 janvier 2007. 1 tardif à Hull le 19 décembre 2011.
Grand Héron
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en très petit nombre, présent à trois sites à l’hiver 2019-2020, et dans la région de Mont-Laurier à 4 endroits en décembre entre 2008 et 2017. Aucun hivernage, mais quelques mentions jusqu’au début janvier. Observé à différentes localités. Présence accrue en hiver depuis dix ans.
Busard des marais
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en très petit nombre en milieu agricole, au sud surtout. Hiverne certains hivers; à trois localités en janvier et février 2014. Habituellement un seul oiseau par mention.
Buse à épaulettes
Nicheur migrateur. Un oiseau a hiverné à Aylmer chaque hiver pendant plusieurs années de 2003 à 2012, ce qui est Inusité. Un hybride Buse à épaulettes X Buse à queue rousse a été identifié à Shawville le 9 décembre 2017.
Chouette épervière
Visiteur. Inusitée, observée 1 hiver sur 3. Observée à Luskville et à North Onslow l’hiver 2019-2020. Se rencontre en milieu agricole et agro-forestier.
Chouette lapone
Visiteur. Inusitée, observée 1 hiver sur 3. Répandue lors des invasions mais très dispersée en milieu agricole, forestier ou agro-forestier. Des invasions ont lieu sporadiquement aux quatre ans environ. Une petite a eu lieu l’hiver 2016-2017 où 1 à 2 oiseaux ont été observés à six endroits différents. À l’invasion de l’hiver 2004-2005 on comptait une centaine d’oiseaux dans la région.
Hibou moyen-duc
Nicheur migrateur. Inusité, Quatre présences : Hivernage de 1 oiseau à Plaisance le 22 janvier 2012.
Hibou des marais
Nicheur migrateur. Inusité, Quatre présences. 4 oiseaux ont hiverné à Luskville en janvier et février 2018, et 1 vu brièvement à Deschênes le 2 janvier 2020.
Martin-pêcheur d’Amérique
Nicheur migrateur. Habituellement tardif. Observé à huit endroits l’hiver 2019- 2020. Hivernage de 1 à 2 oiseaux la plupart des hivers près des cours d’eaux libres. Présence accrue en hiver depuis dix ans.
Pic à ventre roux
Résident. Présent et hiverne la plupart des hivers. Observé à sept endroits (1 oiseau par endroit) l’hiver 2016-2017 dont à Chute-St-Philippe. 2 oiseaux à Grenville le 27 janvier 2012. Présence accrue en hiver depuis 10 ans. Se tient près des habitations et fréquente les mangeoires.
Pic flamboyant
Nicheur migrateur. Présent surtout en décembre mais peut hiverner certains hivers. Observé à deux endroits (1 oiseau par endroit) l’hiver 2012-2013. Se rencontre surtout au sud : Gatineau, Luskville, Shawville. Présence accrue en hiver depuis 10 ans.
Crécerelle d’Amérique
Nicheur migrateur. Habituellement tardive en milieu agricole au sud, à cinq endroits en décembre 2015. Hiverne la plupart des hivers; 1 oiseau à trois endroits différents en janvier et février 2019 dont au mont Sainte-Marie.
Faucon gerfaut
Visiteur. Inusité, quatre présences les quinze dernières années. Observé entre autres aux rapides Deschênes (1 oiseau par mention).
Faucon pèlerin
Nicheur migrateur. 1 à 2 oiseaux habituellement observés, surtout en milieu urbain à Gatineau : au lac Leamy, aux rapides Deschênes et au centre-ville de Hull entre autres, où il hiverne.
Mésange bicolore
Visiteur. Inusitée, quatre présences : 1 à Ferme Neuve le 1er décembre 2012, 1 à Plaisance le 1er janvier 2014, 1 à Luskville en janvier et février 2016, et 1 à Eardley l’hiver 2016-2017. Espèce sédentaire confinée essentiellement au sud de Montréal.
Troglodyte des forêts
Nicheur migrateur. Parfois tardif. Hivernant inusité : 1 oiseau à Deschênes en janvier et février 2020.
Troglodyte de Caroline
Résident probable. Présent et hiverne la plupart des hivers. Observé à 3 endroits (1 oiseau habituellement par endroit) plusieurs hivers, surtout à Gatineau, Hull et Aylmer. 2 à Aylmer en décembre 2011. Une mention à Mont-Laurier le 29 février 2020. Fréquente les mangeoires.
Moqueur chat
Nicheur migrateur. Inusité, cinq présences dont trois en période d’hivernage : 1 oiseau à Aylmer tout l’hiver 2011-2012 et le 2 janvier 2013, et 1 du 12 au 29 février 2020 à Deschênes qui se nourrissait de fruits.
Moqueur roux
Nicheur migrateur. Inusité, sept présences dont 5 en période d’hivernage : 1 oiseau à Aylmer l’hiver 2009- 2010, 1 à Hull le 16 janvier 2010, 1 à la Ferme Moore jusqu’au 5 janvier 2015, 1 à Gatineau à compter du 31 janvier 2016, et 1 à Mayo du 5 au 24 février 2020.
Merlebleu de l’Est
Nicheur migrateur. De plus en plus présent en hiver au Québec. Parfois tardif : 7 oiseaux à Aylmer jusqu’au 26 décembre 2020. Hivernages : 3 à Luskville en janvier-février 2017, 1-2 sur le ch. Steele le 2 février 2020, entre autres.
Grive solitaire
Nicheur migrateur. Auparavant inusitée en hiver, mais maintenant présente presque chaque hiver depuis 2016. Parfois tardive. 1 à Mont-Laurier le 1er décembre 2018. Hiverne parfois, présence à 5 endroits à Gatineau l’hiver 2019- 2020. Le premier hivernage a eu lieu en janvier 2007 à Cantley. Se rencontre habituellement là où il y a des arbustes fruitiers et parmi des Merles d’Amérique.
Jaseur d’Amérique
Nicheur migrateur. Habituellement présent jusqu’en décembre. Hiverne parfois et les populations fluctuent; jusqu’à 200 oiseaux à Hull le 19 janvier 2020. Fréquente les arbustes fruitiers et se rencontre parmi les Jaseurs boréaux. Se tient souvent en groupe et observé surtout au sud; 38 oiseaux à Sainte-Anne-du-Lac le 21 décembre 2019 est toutefois notable.
Bruant familier
Nicheur migrateur. Inusité, présences tardives en 2011 et 2014, et observé à trois endroits différents en hiver 2019 : 2 oiseaux à Hull le 13 décembre, 1 à Aylmer les 22-24 décembre et 1 à Bristol le 22 décembre.
Bruant à couronne blanche
Migrateur de passage. Habituellement tardif (1 oiseau). Hiverne certains hivers au sud, à plusieurs endroits, mais 1 au nord au lac Tapani le 11 janvier 2019. Fréquente les mangeoires.
Bruant chanteur
Nicheur migrateur. Habituellement tardif en faible nombre. Observé à 10 endroits en décembre 2019. Hiverne parfois au sud (habituellement 1 oiseau), mais 1 au nord à Ferme-Neuve le 29 février 2020. Fréquente les mangeoires.
Vacher à tête brune
Nicheur migrateur. Hiverne habituellement en petit nombre, près des fermes surtout, mais de plus en plus rare. 9 oiseaux à Shawville les 14-15 janvier 2016. 57 au recensement de Noël de Montebello le 26 décembre 2009 est notable.
Quiscale rouilleux
Nicheur migrateur. Présences tardives jusqu’à la mi-décembre en 2005, 2010 et 2013. Deux présences en période d’hivernage : 1 à Gatineau du 6 au 16 février 2012, 1 à l’Ange-Gardien du 27 décembre 2015 au 4 janvier 2016.
Quiscale bronzé
Nicheur migrateur. Hiverne habituellement en petit nombre, fréquente les mangeoires. 1 au nord à Mont- St-Michel le 29 janvier 2011.
Paruline à croupion jaune
Nicheur migrateur. Quatre présences : 1 à Aylmer le 10 décembre 2005, le 2 décembre 2009 et jusqu’au 6 janvier 2011, et 1 à Hull le 3 décembre 2016.
3. Les présences hivernales exceptionnelles

Une présence hivernale est dite exceptionnelle quand il y a eu 3 présences ou moins depuis les 15 dernières années.

27 espèces de cette catégorie comprennent : 12 nicheurs migrateurs, 4 migrateurs de passage, 10 visiteurs et 1 de statut indéterminé. On note les mentions avec le lieu et la date.

Oie rieuse
Visiteur. Une présence : 1 à Saint-André Avelin, du 1er au 17 décembre 2014.
Bernache de Hutchins
Migrateur de passage. Deux présences : 1 à Deschênes le 3 décembre 2016 et 1 à Hull le 11 décembre 2015.
Fuligule à dos blanc
Migrateur de passage. Deux présences : Deschênes, 4 au 6 décembre 2010; 2-4 oiseaux à Masson les 18 décembre 2015 et 4 janvier 2016.
Macreuse à front blanc
Migrateur de passage. Deux présences tardives : 1 à Deschênes jusqu’au 4 décembre 2015 et jusqu’au 7 décembre 2017.
Gallinule d’Amérique
Nicheur migrateur. Une présence tardive : 1 oiseau tardif à Hull le 18 décembre 2005.
Goéland brun
Visiteur. Deux présences : 1 à Lochaber le 5 décembre 2015 et 1 à Deschênes le 4 décembre 2008.
Fulmar boréal
Visiteur. Deux présences : 1 au parc Moussette et Deschênes le 10 décembre 2015; 1 à Deschênes le 15 décembre 2019.
Butor d’Amérique
Nicheur migrateur. Une présence, 1 à Hull du 3 au 8 décembre 2013.
Bihoreau gris
Nicheur migrateur. Une présence, 1 à Aylmer le 14 décembre 2014.
Urubu noir
Visiteur. Une présence : 1 à La Pêche (secteur Wakefield-Farrellton) en décembre 2020.
Urubu à tête rouge
Nicheur migrateur. Deux présences : 1 à l’étang Grimes le 10 janvier 2020 et 1 à Lac-Sainte-Marie le 26 février 2017.
Pic à tête rouge
Nicheur migrateur (rarissimes nidifications). Une présence : 1 au lac Barrière le 29 février 2012.
Roitelet à couronne rubis
Nicheur migrateur. Une présence : 1 oiseau tardif du 7 au 10 décembre 2017 à Aylmer.
Moqueur polyglotte
Visiteur. Une présence documentée : 1 a passé tout l’hiver 2019-2020 à Gatineau.
Solitaire de Townsend
Visiteur. Une présence : 1 en période d’hivernage à Gatineau le 21 janvier 2008.
Grive à collier
Visiteur. Deux présences : 1 à Hull le 2 décembre 2008 et 1 à Cantley du 11 décembre 2009 au 29 janvier 2010.
Bruant des champs
Nicheur migrateur. Une présence : 1 à Fassett le 25 décembre 2010.
Bruant à joues marron
Visiteur. Une présence, en période d’hivernage : 1 à Mont-Laurier du 21 décembre 2015 au 25 janvier 2016.
Bruant fauve
Migrateur de passage. Inusité, trois présences dont une en période d’hivernage : 1 à Masson du 1er au 4 janvier 2016. Une présence hâtive à Quyon le 26 février 2017.
Bruant à couronne dorée
Visiteur. Une présence, en période d’hivernage : 1 à Aylmer tout l’hiver 2015-2016.
Bruant des marais
Nicheur migrateur. Trois présences, dont une en période d’hivernage : 1 à Gatineau le 7 janvier 2010.
Sturnelle sp.
Statut indéterminé. Une présence : 1 à Gatineau le 8 décembre 2005 (possiblement une Sturnelle de l’Ouest).
Paruline couronnée
Nicheur migrateur. Une présence : 1 à Hull le 1er décembre 2013.
Paruline masquée
Nicheur migrateur. Deux présences : 1 à Plaisance du 1 au 4 décembre 2009 et 2 au marais aux Massettes le 10 décembre 2015.
Paruline tigrée
Nicheur migrateur. Une présence : 1 à Gatineau jusqu’au 11 décembre 2014.
Paruline grise
Visiteur. Une présence : 1 à Aylmer du 3 au 6 décembre 2013 (première mention en Outaouais).
Cardinal à poitrine rose
Nicheur migrateur. Inusité, trois présences : 1 à Hull en période d’hivernage jusqu’au 4 janvier 2015, 1 à Mont-Laurier le 1er décembre 2017, et 1 au lac Simon le 9 décembre 2017.
Index alphabétique Afficher
Page précédente : Grand défi QuébecOiseaux Page suivante : Oiseaux de l'Outaouais