CLUB DES ORNITHOLOGUES
DE L'OUTAOUAIS
Les oiseaux et leurs habitats à coeur depuis 1978.     (Photos: A. Cloutier, F. Morand)
Club des ornithologues de l'Outaouais
Le Martinet ramoneur
Martinet ramoneur
Photo Bruce DiLabio

LE MARTINET RAMONEUR
Chimney Swift, Chaetura pelagica, Apodidés

Depuis plusieurs années, les bénévoles du Club des ornithologues de l'Outaouais collabore avec le Service canadien de la faune, région Québec (SCF) pour réaliser un inventaire des dortoirs de Martinet ramoneur. Nous sommes à la recherche des dortoirs de Martinet ramoneur présents en Outaouais, de la rivière Dumoine à la rivière Rouge, de la rivière des Outaouais au réservoir Mitchinamecus au nord de Parent.

Nous vous invitons à lire la documentation ci-bas qui nous a été soumis par les autorités du SCF et à nous rapporter vos observations de l'espèce en question. Si vous regardez une cheminée à la fin de la journée et que vous voyez un oiseau y plonger alors les chances sont excellentes que ce soit un ou des Martinets ramoneurs. Il est aussi possible de les observer à plusieurs autres endroits dont en pleine forêt.

Nous désirons savoir l'endroit de votre observation, la date et le nombre observé d'oiseaux qui ont plongé dans la cheminée en question et à nous transmettre par courriel (info@coo.qc.ca) l'information notée.

Nous tenons à vous remercier de votre contribution et souhaitons que vous profiterez de votre sortie à l'extérieur pour observer les oiseaux et la nature qui les entourent.

Pour de plus amples renseignements ou pour tout contact, veuillez contacter :

Gérard Desjardins
Club des ornithologues de l'Outaouais
info@coo.qc.ca
www.coo.qc.ca
ou laisser un message au 819 778-0737


Table des matières

 

Protocole de suivi des sites : Martinet ramoneur 

Martinet ramoneur, photo de Ron AustingEn saison estivale, le Martinet ramoneur aime bien utiliser les cheminées pour passer la nuit. Si la cheminée est de bonne taille, ils peuvent même être plusieurs centaines à s'y rassembler. Cependant, on peut également le retrouver dans les endroits sombres des vieux bâtiments plus ou moins abandonnés ou dans les cavités des arbres. Les sites où l'on retrouve le Martinet ramoneur peuvent être utilisés comme lieu de rassemblement (dortoir), comme site de nidification ; parfois, ils peuvent passer d'un statut à un autre au cours de la même saison. Afin de faire la distinction entre les sites il faut d'observer le comportement des oiseaux.

Dortoir – Comportement des oiseaux

Chez le Martinet ramoneur, le dortoir est le lieu où les oiseaux se rassemblent pour passer la nuit ou pour s'abriter par mauvais temps. C'est aussi l'endroit où les migrateurs se retrouvent à l'arrivée au printemps et également en fin de saison avant d'entreprendre leur voyage vers le sud. C'est une sorte de centre communautaire à partir duquel les couples se dispersent pour aller nicher, et où mâles et femelles qui n'ont pu se trouver de partenaires ou de sites de nidification reviennent. Les dortoirs sont faciles à identifier en raison du comportement particulier des martinets. Lors des belles soirées, au coucher du soleil, il est facile de les apercevoir et de les entendre. Les oiseaux se rassemblent en tournoyant au-dessus de la cheminée ou de toute autre structure similaire puis, à un signal donné, ils s'y engouffrent un peu comme une volute de fumée en sens inverse. Par beaux temps, ils le quittent tôt le matin, avant le lever du soleil pour n'y revenir que le soir au coucher du soleil où le rituel d'entrée prend une tournure assez spectaculaire considérant le ballet aérien effectué par l'ensemble juste avant d'entrer dans la cheminée. Par mauvais temps, surtout s'il fait froid, les oiseaux restent tapis à l'abri parfois même des jours durant.

Tout au long de la saison, il y a une variation du nombre de martinets occupant un même dortoir. Par ailleurs, certains dortoirs peuvent servir de haltes migratoires de sorte que les effectifs au printemps et à l'automne peuvent fluctuer beaucoup. Ce phénomène a été observé aux dortoirs de Québec et de Saint-Georges en début de saison 2005 (voir graphiques). Durant la saison, particulièrement en juillet, le nombre de martinets occupant un dortoir va en augmentant. En effet, les jeunes qui ont quitté le nid et les adultes qui ont perdu ou mené à terme une nichée viennent rejoindre les oiseaux déjà présents dans les dortoirs. Puis, à la fin de juillet et au début d'août, on assiste à une diminution du nombre de martinets. Ceux-ci entreprennent alors leur migration automnale. En somme, au cours de la saison, les effectifs connaissent deux pics dont le plus élevé des deux devrait normalement être en fin de saison avec l'apport des jeunes de l'année. Le creux entre ces deux sommets détermine ceux qui n'ont pas réussi à nicher. Même si les raisons pour expliquer l'échec d'un couple peuvent être multiples, cela peut être néanmoins indicateur du nombre de sites de nidification disponibles dans les environs. En outre, on sait d'après la littérature scientifique que les couples qui se reproduisent donnent en général 3 jeunes à l'envol en moyenne. Cette donnée permet, dans le cas des dortoirs qui ont deux pics, de déduire approximativement le nombre de jeunes qui composent les effectifs du dortoir en fin de saison.

Comment et quand effectuer les inventaires des dortoirs

Le premier décompte devrait être entrepris dès la quatrième semaine de mai . Dès le début faire, si possible, deux décomptes (ou plus) par semaine puis par la suite soit vers la fin-juin, début-juillet (durant la nidification), un décompte par semaine suffit. Il importe d'augmenter la fréquence de façon à identifier le moment où les effectifs seront à leur maximum (début et fin de saison) et à leur minimum (durant la nidification) ainsi que d'identifier le moment où les martinets auront quitté les lieux. Donc, le décompte devrait se poursuivre jusqu'au départ complet de tous les oiseaux, soit dès la mi-juillet pour les régions nordiques et début-septembre dans le sud du Québec (Montréal et Estrie).

Les belles soirées sont idéales pour faire le décompte des martinets : les rassemblements ont alors lieu au coucher du soleil. Il est donc préférable d'arriver sur le site au moins 30 minutes avant le crépuscule. Par temps pluvieux, le phénomène de rassemblement des martinets est irrégulier. En conséquence, il est recommandé de faire l'inventaire par beau temps. Quelques nuages n'affectent cependant pas le phénomène.

Site de nidification – Comportement des oiseaux

Contrairement aux dortoirs, les sites de nidification sont moins faciles à repérer en raison du comportement discret des oiseaux. On les distingue principalement par le comportement des oiseaux en vol à proximité, mais souvent par le peu d'oiseaux qui les fréquente. Un martinet qui revient à son nid vole habituellement très haut en criant. On l'entendra d'ailleurs bien souvent avant de le voir. À un moment, l'oiseau piquera rapidement en direction de son nid. Le site de nidification est généralement une cheminée différente de celle du dortoir où un seul couple prend place. Bien que le phénomène soit peu fréquent, il peut arriver cependant qu'un couple puisse être accompagné d'un ou deux oiseaux qui l'aideront en partie ou tout au long de la période de reproduction dans les différentes tâches (construction du nid, incubation, et même élevage des jeunes). Ainsi, un site de nidification sera l'objet d'un va-et-vient continuel tout au long d'une belle journée. Les martinets entrent et sortent aux dix ou quinze minutes et moins pour soit construire le nid, ou encore apporter de la nourriture aux jeunes lorsqu'ils sont éclos.

Comment et quand effectuer les inventaires de sites de nidification

Il peut arriver que l'on repère des sites de nidification durant la journée ou encore en soirée tout en faisant l'inventaire d'un dortoir. Lorsqu'un martinet est vu en vol et qu'il s'approche d'une structure, il faut s'assurer de ne pas le perdre de vue pour avoir une chance de localiser son site de nidification. On doit alors observer le comportement et compter le nombre de martinets qui utilisent la cheminée (ou toute autre structure). Il sera par la suite possible de déterminer si il s'agit d'un petit dortoir ou d'un site de nidification.

Site de nidification et dortoir – Comportement des oiseaux

Enfin, il peut arriver qu'un même site serve à la fois de sites de nidification et de rassemblement (dortoir) : ce phénomène est plutôt exceptionnel, car les parents ne tolèrent généralement pas que d'autres martinets occupent la même cheminée qu'eux mis à part le cas des aides qui demeure un fait peu courant. Ce phénomène, néanmoins, pourrait se présenter dans le cas de grosses cheminées.

Fiche d'inventaire

Il est très important de remplir une seule fiche par site (une pour un dortoir et/ou une pour un site de nidification). Dans le cas d'un édifice à plusieurs cheminées utilisées par les martinets, il faut compter les oiseaux entrant dans chacune des cheminées distinctivement et non pas pour l'ensemble des cheminées car une cheminée égale un site. Bien entendu lorsqu'il s'agit d'un dortoir et de nichoir(s) voisin(s), la tâche s'avère parfois plus difficile pour un seul observateur de compter les oiseaux entrant dans chaque cheminée. Dans cette situation, il est préférable de se concentrer sur la cheminée dortoir et de mentionner la présence de site(s) de nidification à proximité.

Type d'édifice dans lequel se trouve le dortoir et/ou le site de nidification :

Type de structure abritant les martinets : inscrire le terme approprié parmi les suivants :

Habitat : type d'habitat dominant entourant l'emplacement du dortoir et/ou du site de nidification.

Observations

Date : date de l'observation, en format (jour/mois/année).

Pourcentage de nuage : inscrire un pourcentage approximatif. 100 %= ciel couvert.

Vent : inscrire la force (0 à 7) du vent selon l'Échelle de Beaufort (inclus).

T° C : inscrire la température en degré C au moment de l'inventaire

Heure d'entrée du premier oiseau : dans le cas d'un dortoir seulement; hre d'entrée du premier martinet

Heure d'entrée du dernier oiseau : dans le cas d'un dortoir seulement; hre d'entrée du dernier martinet dans la cheminée. L'entrée du dernier oiseau a lieu lorsqu'il fait assez sombre. Parfois, quelques retardataires entrent à la noirceur.

Nombre de martinets : - dans le cas d'un dortoir : inscrire le nombre total d'oiseaux qui sont entrés dans la soirée.

- dans le cas d'un site de nidification : si vous croyez avoir identifié un site de nidification, inscrivez la mention « site de nidification » dans la section « Remarques » et inscrivez le nombre d'oiseaux aperçus.

Photos : Si vous désirez nous faire parvenir des photographies du ou des sites suivis, veuillez inscrire à l'endos votre nom, la date à laquelle la photo a été prise et le nom du site photographié, ainsi que l'adresse.

Données : Les données recueillies à chaque soir d'inventaire devront nous parvenir régulièrement une fois par semaine. Pour ce faire, vous n'avez qu'à téléphoner au numéro sans frais ou encore à nous faire parvenir les informations par courriel. Soyez succincts et précis; nous vous conseillons de mentionner : nom de l'observateur, date de l'inventaire, lieu, dortoir à l'église X par exemple, nombre d'oiseaux. Si vous avez des interrogations ou que vous voulez qu'on vous rappelle, laissez vos coordonnées.

Vous devrez quand même remplir la fiche d'inventaire et nous la retourner, comme à chaque année, à la fin de la saison dans une des enveloppes de retour affranchies.

Pour de plus amples renseignements, n'hésitez pas à nous contacter. Merci de votre collaboration.

Jean Gauthier
jean.gauthier@ec.gc.ca
Tél. : (418) 649-6132

Céline Maurice
celine.maurice@ec.gc.ca
Tél. : (418) 649-6130
ou 1-866-576-6807 (sans frais)

EnvironnementCanada-région du Québec
Service canadien de la faune
1141, route de l'Église
C. P. 10100, 9 ième étage
Sainte-Foy(Québec)
G1V 4H5

Comment évaluer le nombre de martinets nicheurs au début de la saison

Il s'agit de faire la différence entre le nombre maximum de martinets présents en mai et celui des martinets restant au dortoir durant la période de reproduction afin d'obtenir un estimer du nombre de couples qui vont se reproduire.

Nbre maximum en mai
non reproducteurs
martinets reproducteurs
219
75
144
soit 72 couples au maximum en supposant que le ratio mâle/femelle est de 1:1

Sachant qu'un couple donne en moyenne 3 oiseaux à l'envol, il est possible d'estimer le nombre d'oiseaux susceptible de pouvoir se trouver à leur retour au dortoir étant donné qu'après la période de reproduction, à la fin du mois de juillet ou en août (selon la région), les parents et les jeunes vont se rassembler au dortoir avant la migration. Les effectifs totaux devraient alors être beaucoup plus élevés qu'en début de saison. Cela donne ainsi un indice du succès de reproduction (nombre de jeunes produit) et de vérifier si le maintien de cette espèce sera assuré.

Comment évaluer le nombre de martinets nicheurs à la fin de la saison et le nombre de jeunes

D'une autre manière similaire, à la fin de l'été, il est possible de calculer le succès de reproduction en prenant le nombre maximum d'oiseaux comptés au dortoir à cette période et d'y soustraire le nombre de non reproducteurs soit le plus petit nombre d'oiseaux qui soit demeuré au dortoir durant la période de reproduction. Au nombre de martinets reproducteurs, il faut multiplier un nombre moyen de 3 oiseaux (par couple) sur 5 oiseaux au total (3 jeunes + 2 adultes).

Nbre max d'oiseaux fin de saison
non reproducteur
reproducteurs et jeunes
x 3/5 - nbre de jeunes
195
75
120
x 3/5 = 72

Ainsi, le nombre de jeunes composant les effectifs maximaux rencontrés en fin de saison à ce dortoir représente environ 37 % (72/195) des effectifs globaux de ce dortoir pour l'année 2004.


INVENTAIRE DU MARTINET RAMONEUR - CHIMNEY SWIFT SURVEY- OUTAOUAIS


Sites potentiels ou sites connus sans observation régulière/ Potential sites and known sites without regular observation
Église paroisse / Church parish Saint-François Régis, 145 boul Saint-François sud Lac-des-Écorces Laurentides 1999 dortoir /roosting site
École / School Bosco, 3 Mc Cuaig Campbell's Bay Outaouais   site possible /possible site
Église / Church Saint-Andrew, 9 Mc Cuaig Campbell's Bay Outaouais   site possible /possible site
Église paroisse / Church parish Saint-Raymond, 35 Saint-Raymond Hull Outaouais 1999  
École secondaire / High school D'Arcy McGee, 250 rue Gamelin Hull Outaouais 1999  
Église Saint-Julien (abandonnée) / abandoned church, rue Princesse et Saint-Julien Lachute Outaouais 1998 dortoir potentiel/ potential roosting site
Église / Church Montebello Outaouais 2000 dortoir /roosting site

IDENTIFICATION DES SITES DE NIDIFICATION ET DES DORTOIRS DU MARTINET RAMONEUR RÉGION OUTAOUAIS
COMPRENANT LES NOMBRES MAXIMUM DE MARTINETS OBSERVÉS PAR ANNÉE DE 1998 – 2005
NESTING AND ROOSTING SITES OF CHIMNEY SWIFT IN THE OUTAOUAIS REGION INDICATING MAXIMUM NUMBERS RECORDED PER SITE FROM 1998 TO 2005
Explication des codes utilisés dans ce tableau : / codes used in this table:
D = Dortoir / Roosting site
N = Site de nidification / Nesting site
I = Activité indéterminée / indeterminated site status
S = Suivi (deux observations et plus) /regular monitoring (more than 2 visits)
P = Donnée ponctuelle / isolated data ad. = adulte / adult j. = jeune / young
Ville / Town
Site
Année/Year
Nb max oiseaux/birds
Observateur(s) / Observer (s)
Buckingham Édifice commercial
2006 (N, P)
2
B. Jobin
Campbell's Bay Édifice commercial, 104 Front
2002 (I, P)
3
M. Gervais
Édifice commercial, 134 Front
2002 (I, P)
1
M. Gervais
2006 (N, S)
1
M. Gervais
Garage municipal, 1362 route 148 (Canton de Litchfield)
2002 (I, P)
2
M. Gervais
2005
fermé
M. Gervais
Hotel - Motel, 144 Front
2002 (I, P)
2
M. Gervais
Chelsea Entrepot municipal (chemin Crawley)
2000 (I, P)
2
G. Desjardins
Hull Bibliothèque Lucien-Lalonde
1999 (I, P)
1
R. Smith
2005 (I, P)
2
D. St-Hilaire
2006 (I, P)
0
D. St. Hilaire, N. Gingras
Centre Les générations, rue Davis
2006 (N, P)
1
D. St-Hilaire
Commission scolaire des Draveurs, 225 Notre-Dame
2005 (N, P)
1
A. Cloutier, G. Grenier
École D'Arcy McGee
1999 (I, P)
1
R. Smith
École intermédiaire Hadley, 2 rue Millar
1999 (N, P)
2
R. Smith
École Pierre Élliot Trudeau, 2 rue Millar
2005 (D, S)
92
D. St-Hilaire, N. Gingras, D. Toussaint, R. Vanasse
2006 (N, S)
5
D. St-Hilaire, N. Gingras, D. Toussaint
École Saint-Jean-Bosco
1999 (N, S)
2
R. Smith. M. Provancher
2004 (I, P)
2 en vol
M. Dionne
2005 (N, P)
3
D. Dallaire, M.A. Drisdon, A. Cloutier
2006 (N, P)
1
D. St-Hilaire, N. Gingras
Église Mission catholique portugaise du Saint-Esprit
1999 (N, P)
1
R. Smith, M. Provancher
2005 (I, P)
2
D. St-Hilaire
Église Saint-François-de-Sales, coin Gréber et Jacques Cartier
2005 (N, P)
1
A. Cloutier, G. Grenier
Église Saint-Jean-Bosco, rue Booth
1999 (D,P)
4
M. Provancher
2005 (N, S)
2
D. St-Hilaire
Église Saint-Raymond-de-Pennafort
1999 (I, P)
1
R. Smith
Presbytère (boul. Saint-Joseph)
1999 (I, P)
2
R. Smith, M. Provancher
2005 (N, P)
2
D. St-Hilaire, N. Gingras
2006 (I, P)
1
D. St. Hilaire, N. Gingras
Lac-des-Écorces Église paroisse Saint-François Régis      
1999 (D, P)
± 100
R. Nielley
2002 (I, P)
0
R. Nielley
Mont-Laurier Cathédrale
2001(D, S)
392 *
R. LeBrun
  Centre Christ-Roi
2005 (I, P)
2
R. Lebrun
  changement de site *
2002 (N, P)
2
R. Lebrun
   
2005 (I, S)
1
R. Lebrun
  Polyvalente Saint-Joseph
1998 (D, P)
± 100
R. LeBrun
   
1999 (D, S)
862
R. LeBrun
   
2000 (D, S)
809
R. LeBrun
   
2001 (I, S)
2 *
R. LeBrun
   
2002 (D, S)
843
R. Lebrun
   
2003 (D, S)
1610
R. Lebrun
   
2004 (D, S)
378
R. Lebrun
   
2005 (D, S)
123
R. Lebrun
   
2006 (I, S)
22 en vol
R. Lebrun
Montebello Église
2000 (D, P)
± 500
B. Jobin
2002 (I, P)
0
C. Maurice
Portage-du-Fort Bibliothèque municipal
2005 (N, P)
1
J.-L. Desgranges
St-André-Avelin École Providence
2006 (N, P)
2
J. Gauthier
Shawville École Dr. S. E. McDowell
2002 (D, P)
50
B. Jobin
2004 (D, S)
290
B. Jobin
2005 (D, S)
152
M. Gervais, B. Jobin, G. Falardeau
2006 (D, S)
89

M. Gervais, L. Daviau, S. Gagnon