CLUB DES ORNITHOLOGUES
DE L'OUTAOUAIS
Les oiseaux et leurs habitats à coeur depuis 1978.     (Photos: A. Cloutier, F. Morand)
Club des ornithologues de l'Outaouais
La Forêt Boucher

La Forêt Boucher : une aire protégée considérée


photo : COO

Le Club des ornithologues de l’Outaouais (COO) encourage fortement ses 350 membres à participer à une prochaine rencontre «porte ouverte» qui sera prochainement annoncée par les autorités de la ville de Gatineau (prévue pour le début juin 2008) afin de discuter de cette aire forestière et d’émettre vos opinions.

Le COO a participé à une première rencontre avec les autorités de la ville de Gatineau pour discuter du projet de conservation de la Forêt Boucher, secteur bien connu des ornithologues, située dans le secteur Aylmer de la ville de Gatineau. Cette première rencontre officielle a eu lieu jeudi, le 8 mai 2008, de 19 h 00 à 20 h 30. Elle a eu lieu à la Maison du Citoyen à laquelle les représentants des organismes suivants étaient présents:

La Fondation de la Forêt Boucher semble avoir été invité mais aucun représentant n'était présent. Le COO a tenté de contacter à maintes reprises par le passé les représentants de cette fondation mais nos efforts sont demeurés vains, jusqu’à maintenant.

Nous avons eu droit à une très courte présentation du plan de gestion de la Forêt Boucher suivi d'une discussion au sujet des activités et des projets que le COO entretient pour ce territoire et des points de vue de notre organisme sur l'avenir du site.

Comme entrée en la matière, trois éléments très important sont à considérer selon le COO:

  1. La planification à long terme effectuée par Transport Québec pour l’aménagement de la future autoroute Deschênes.

    En se référant au Plan de Transport de l’Outaouais 1996-2011 publié en septembre 1996 le COO souligne que le tracé de cette future voie de circulation majeure traverse le cœur du bloc forestier considéré ce qui aura assurément un impact majeur sur l’habitat naturel. L’effet de morcellement ainsi créé, l’aménagement et l’utilisation de cette voie de circulation auront définitivement des conséquences négatives autant pour la faune que pour la flore du secteur.

  2. L’urbanisation en cours à l’est du quadrilatère formé du chemin Pink, des boulevards Saint-Raymond et Lucerne et du chemin Vanier.

    À cet élément, il faut additionner la présence à l’ouest d’un effort de développement soutenu du tissu urbain déjà en place et à venir. Grâce à la planification municipale, une forte densité de population s'installe dans ces secteurs ce qui aura comme effet d'exercer une forte pression sur l'élément naturel que l'on souhaite protéger.

  3. La disparition progressive des liens entre les éléments naturels de notre communauté qui risque de se produire.

    Que ce soit :

    1. Pour le parc écologique du lac Leamy qui n'est pas toujours sécurisé dû à la planification des propriétaires des terrains (Commission fédérale de la Capitale nationale et Société des Casinos du Québec);
    2. Du marais Lamoureux, situé dans le village Deschênes, vendu tout récemment par la ville de Gatineau à un promoteur immobilier;
    3. La Forêt Boucher qui sera éventuellement cernée de toute part.

Les représentants du COO ont pris connaissance de la carte du territoire constituant la forêt Boucher préparée par la Ville de Gatineau. À celle-ci, les représentants du COO ont soumis une carte illustrant la vision du territoire par le COO qui devrait être considéré comme forêt Boucher, tout en expliquant la vision du COO. Il va sans dire que le temps écourté de nos discussions nous n'ont pas permis de conclure. Enfin, la ville de Gatineau et le COO souhaitent mutuellement maintenir un lien de communication afin d'entretenir un échange des opinions de l’avenir de ce projet.