CLUB DES ORNITHOLOGUES
DE L'OUTAOUAIS
Les oiseaux et leurs habitats à coeur depuis 1978.     (Photos: A. Cloutier, F. Morand)
Club des ornithologues de l'Outaouais
Chronique botanique

Le territoire du COO, aussi une destination botanique (et autres fantaisies)

Vous le savez bien, une sortie ornithologique englobe également la contemplation des paysages et l'observation de toutes les autres manifestations de la nature. Surtout lorsque les oiseaux se dérobent de nos jumelles et télescopes, il s'avère opportun de profiter d'autres découvertes. À ce propos, le monde des plantes s'avère des plus prodigue et nous réserve des surprises depuis avril jusqu'à novembre. Loin d'avoir parcouru tous les coins névralgiques de notre territoire au point de vue botanique, des expériences avec le groupe naturaliste Flora quebeca et des botanistes locaux (amateurs ou non) m'ont tout de même permis d'entrevoir les vastes possibilités de notre région. Voici ici ,d'abord d'Est en Ouest, les faits saillants de ces pérégrinations :

A-Grenville-sur-la-Rouge et Pointe-au-chêne.
En 2007, nous avons exploré par endroits cette zone depuis le bord de la rivière Outaouais à l’embouchure de la rivière Rouge jusqu’aux collines vers le nord, de chaque côté du tracé actuel de l’autoroute 50. Les cerfs de Virginie sont très nombreux, surtout sous la ligne électrique passant par là. Les botanistes qualifient ce secteur de  ‘’paradis des Desmodies’’, d’élégantes Fabacées (autrefois Légumineuses). Car outre la plus commune Desmodium glutinosum, on  peut y trouver D.canadense (moins commun dans la région), D.nudiflorum (rare) (1) et D.paniculatum (très rare et localisée normalement aux Milles-îles, mais nous l’avons repérée, c’est une extension d’aire !). Pour avoir parcouru les collines de Luskville, je crois bien que nous y avons aussi affaire à un possible refuge de Desmodies, qui fréquentent de telles pentes boisées sèches.Observées aussi la plutôt rare Hackelia virginiana (2) perchée sur son rocher , dans les champs des Solidago altissima (Verge d’or très élevée) et un Apios americana en fleurs, dans un ruisseau l’Hydrocotyle americana, sous un bosquet du toujours rare et isolé Hamamelis virginiana* (‘’café du diable’’) (3). Sans parler de la quinzaine de nouvelles espèces que les experts de Flora quebeca ajoutèrent à ma liste à vie.Il faudrait y retourner en d’autres saisons, pour en compléter l’inventaire.

1-Desmodium nudiflorum : silhouette / fleur  
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img319.jpg    100161438_k6hI9bNo_Trefoil001.jpg          
2-Hackelia virginiana : rameau fructifère / nucules / fleurs
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img315.jpg
    83061847_eb6ceIxI_hackHackeliafruits1.jpg      virginiastickseedf300.jpg
3-Hamamelis virginiana : port  / rameaux / fleurs  / feuilles  / distribution est-américaine     
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img309.jpg
 F:\CLAUDE TEXTES\koeh-070.jpg F:\CLAUDE TEXTES\whavi4-flfront55770.jpg F:\CLAUDE TEXTES\2485.jpg  F:\CLAUDE TEXTES\hamamelis_virginiana.jpg

B-Lac La Blanche, Mayo. Nous avons cumulé trois visites (2007-2009) à ce site bien connu, en insistant sur les coulées profondes, là où les couches d’humus s’accumulent (de même que les moustiques !). Dans des secteurs très restreints de la Réserve, dont au fond de notre coulée préférée (où d’ailleurs la Paruline du Canada est omniprésente), tout concoure à créer une forte impression de version ‘’outaouaise’’ de la forêt pluvieuse équatoriale, oui, sous les épaisses frondaisons des fûts disposés sur plusieurs étages, les souches vermoulues, les pieds dans le sol boueux peuplé de salamandres. La première surprise de notre coin favori fut un individu isolé de Ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius)(4).Les fougères y sont encore plus diverses et grandes qu’ailleurs dans la Réserve : Cystopteris bulbifera le long d’un ruisseau, des Polystichum acrostichoïdes (fougère de Noël), des bouquets de Deparia acrostichoïdes (peu commune) et de fougères de New-York (Phegopteris noveboracensis) dans les pentes et de fougères-à-l’autruche (Matteucia struthiopteris) dans les plats. Les habituelles Adiantum pedatum (quelle fougère !), Athyrium filix-femina, et Dryopteris intermedia .Puis les rares : des immenses Dryopteris Goldiana avec sa nervation bleutée et des filiformes Diplazies à sores denses Diplazium pycnocarpon (5). Ne manquaient que les dinosaures ! Dans les sols meubles, Dentaria maxima et Sanicula gregaria défient les fougères. En fait, on doit porter attention ici à tous les groupes de plantes qui comportent des espèces de sols riches. Je crois bien qu’à l’Accueil de la Réserve on peut trouver une liste des plantes. Au début des sentiers, on trouve des colonies de Galearis spectabilis (6), petite orchidacée plus évidente à la floraison, laquelle s’échelonne sur 2 ou 3 semaines. Recommandons fortement aussi une incursion printanière, avant la feuillaison, qui doit s’avérer heureuse. Ha oui ! L’amateur d’insectes ou de champignons sera également choyé au Lac La Blanche et à Mayo.

4-P. quinquefolius : cliché Parc de La Gatineau / sommité florifère et système souterrain / avec les drupes
F:\images (images d'oiseaux à aller chercher et déplacer dans noms francais ou oiseaux du Québec)\août 2007\Panax quinquefolius (Parc de la Gatineau).JPG                           C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img321.jpg                     panax_quinquefolius3.jpg
5-D.pycnocarpon : allure générale (2) / fronde fertile / sores en rangs serrés au revers d’une fronde fertile
wdipy--lf34606.jpg 128822013_lVNdZWZL.jpgE1007-014481_w.jpgE1007-014483a_w.jpg
6-G.spectabilis : plante entière et schéma de la fleur / lors de la floraison / zoom sur une sommité florale
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img326.jpg
                  F:\images (images d'oiseaux à aller chercher et déplacer dans noms francais ou oiseaux du Québec)\août 2007\Galearis spectabilis.jpg                      89488532_CmsAz6t1_ShowyOrchisI.jpg

C-Parc de La Gatineau
Remarquable de par la diversité de ses habitats et surtout le contraste marqué, dans la partie sud, entre la plaine de l’Outaouais et les pentes abruptes.Les nombreux visiteurs naturalistes amateurs ajoutent à l’acuité des possibles observations.La recherche de plantes en nature, c’est quasi indissociable de la géologie, de la géomorphologie et de la glaciologie locales.Certains taxons sont des reliquats des mers et des fleuves post-glaciaires; elles reposent sur les sables laissés lors du retrait des eaux (embouchures des fleuves, etc).Ici , leurs origines occidentales témoignent d’ailleurs d’une ancienne communication entre le lac Huron (autrefois l’immense lac Algonquin) et la vallée de l’Outaouais à la fin de la dernière glaciation.Toutes les espèces marquées d’une étoile*dans le présent texte doivent leur présence ici à cette origine et sont caractéristiques de la vallée de l’Outaouais.D’autres espèces ainsi localisées ont des affinités pour les substrats calcaires (PH alcalin).À cet égard, les environs des lac Pink et Kingsmere attirent l’attention.Selon la répartition des dépôts sablonneux et des zones calcaires au Québec, on dénote souvent des aires de distribution disjointe parmi  les espèces qui leur sont inféodés. Par exemple, elles peuvent se trouver à la fois en Minganie, en Gaspésie, au Lac St-Pierre, au Témiscamingue, à la Baie James, au lac Huron et dans les sables de l’Ottawa, et nulle part ailleurs ! Ainsi, muni d’une carte exposant la nature des affleurements rocheux, des facteurs édaphiques, et connaissant la géographie post-glaciaire, on peut cibler des zones plus prometteuses.Le Parc est aussi reconnu pour ses petites fougères saxicoles (et calcicoles) rares qui s’agrippent sur les escarpements et les éboulis. Côté arbres, notre Parc est le foyer québécois de Quercus alba*(Chêne blanc) (7), poussant sur les collines et les sommets. Début été 2006, Flora quebeca y organise son grand rendez-vous botanique de trois jours, faisant valoir avec raison que le Parc fut quelque peu négligé question inventaire floristique. L’objectif fut d’initier un examen à savoir si persistent certaines plantes notables observées 15-20 ans plus tôt , et si tel est le cas, d’indiquer leurs emplacements au moyen des GPS (d’ailleurs c’est un réflexe maintenant chez les botanistes). Le Parc nous donna la permission de cueillir des spécimens, question de les identifier tous ensemble à notre base d’opération : le Musée canadien de la Nature du chemin Pink. Cet édifice consacré à la recherche est fermé au public mais sa riche bibliothèque vous est accessible.Le samedi, guidés par Jacques Cayouette, un des botanistes les plus respecté du Canada, nous trouvons des espèces notables dans les champs du chemin Pink, comme Panicum philadelphicum, Chaenorrhinum minus, Draba nemorosa* et Trichostema brachiatum*. Le lundi, une excursion spéciale nous invitait à Danford Lake, entre autre pour voir le Pterospora andromedea* (pine-drops), plante saprophyte sans chlorophylle.Question de mieux explorer tout le territoire du Parc, notre groupe est divisé en sept équipes de 4 à 6 personnes.Mon groupe part en direction de la Chûte-de-Luskville avec la présence de Laurent Brisson, spécialiste des saules,des amélanchiers et des aubépines.Dans les champs et boisés au pied de la falaise, il ne manque pas de repérer Salix humilis, Amelanchier Wiegandii et Parthenocissus inserta. Nous croisons des Silene antirrhina, Comptonia peregrina* (Comptonie voyageuse),  Lechea intermedia* et des immenses Inules aulnées (Inula helenium), qui affectionnent les anciens pâturages.Caractéristique du Pontiac, je propose l’inule comme sa plante-emblème. Puis, dans la forêt se cache Solanum nigra, beaucoup plus rare que sa cousine S.Dulcamara. Ce sont les caps rocheux près du sommet qui nous réservent les espèces les plus remarquables : l’arbuste Vaccinium stamineum (habituellement du sud de l’Ontario), Arctostaphylos rubra (normalement de Gaspésie), Polygonum douglasii*(8)(rare) et le parasite Comandra umbellata (9)(rare et dispersé), dont les racines se fixent sur celles de d’autres plantes au moyen de suçoirs. Au retour des expéditions, chacune des équipes avait effectué autant ou plus de découvertes que la nôtre...Quant aux implantations d’espèces datant de 15-20 ans, elles s’étaient pour la plupart déplacées ou n’avaient pu se maintenir.

7- Quercus alba : comparaison du port du Chêne blanc, Chêne à gros fruits et Chêne rouge / types de feuilles / glands
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img330.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img329.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img331.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\quealb_leaves01_web400gf.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\wqual--fr15637.jpg

8-Polygonum Douglasii : rameaux florifères / fleur
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img332.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\0868.jpg

9-Comandra umbellata : plante parasitant une racine de Picea /  rameau (spécimen d’herbier) / fleur
  C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img333.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\0937.jpgC:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\2296.jpg

D-Rivage du Lac-des-Chats (Pontiac)
Ce renflement de la rivière Outaouais s’étire entre Sand Bay et Quyon. Nos excursions là-bas se sont ‘’limitées’’ à longer la rive entre Knox-Landing, Bristol, Pontiac-Station et Quyon ; les surprises botaniques y foisonnent. Le Pontiac comporte un nombre impressionnant d’espèces floristiques rares, très rares ou menacées au Québec (au moins 110, soit environ le quart du total québécois), dont 65 fréquentent les rivages et les petites îles du Lac-des-Chats. En plus des phénomènes de reliquats glaciaires et d’affinité pour les milieux calcaires, on trouve en ces lieux la flore particulière des alvars, un habitat ouvert en milieu calcaire, sur substrat mince, où la croissance des arbres est presque totalement inhibée. Habituellement inondés au printemps, les alvars subissent des sécheresses sévères en été, conditions changeantes et difficiles ne retenant que des communautés végétales spécialisées, adaptées à divers stress. Mais la région du Lac-des-Chats est des plus exceptionnelles à d’autres titres. À vrai dire, c’est un joyau naturel aux secrets jusqu’à présent à peine révélés. Elle est fréquentée par le coyote, survolée régulièrement par les pygargues en patrouille, disposant d’habitats favorables au Tohi et aux Bruant des plaines, des champs et sauterelle ainsi qu’à diverses espèces de couleuvres et leurs hibernaculums.Une connexion des Grands Lacs et de l’Outaouais via la rivière Rideau et des caractéristiques du territoire : micro-climat torride en été,  apports des eaux courantes de la rivière et des nombreux ruisseaux, réseau de marais (méandres abandonnés et/ou partie prenante de la zone d’exondation), découpage complexe de ses rivages encaissés prêtant flanc à des baies abritées aux eaux basses couvertes d’herbiers aquatiques et riches de sédiments lacustres (je vous laisse deviner la richesse de la diversité piscicole), ont permis à toutes les espèces de tortues du Québec(terrestres et amphibies) de s’y installer et de s’y maintenir, incluant les recherchées Tortue musquée, ponctuée, des bois, mouchetée, molle à épines et Terrapène géographique (10) !!. Il est évidemment sous-entendu que la diversité et l’originalité de la faune entomologique sont du même acabit. La zone située entre Knox-Landing et Pontiac-Station fait l’objet de projets d’aire d’étude ou de conservation et ce n’est guère surprenant. En ce qui me concerne,  j’y verrais bien un centre d’interprétation de la nature, une destination éco-touristique ou encore un site pour des camps de sciences naturelles. À force de visites des botanistes amateurs ou de ceux mandatés par les gouvernements, le portrait botanique s’y précise. En voici quelques éléments notables. Côté arbres, les Genévriers de Virginie (Juniperus virginiana)*, d’allure pyramidale, y croissent assez bien. Nous sommes toujours à la recherche de l’Orme de Thomas (ou liège), Ulmus thomasi,*avec ses rameaux ailés-subéreux.Du côté des plantes ligneuses basses, on a remarqué Ceanothus herbaceus(ovatus) *(11)  et C.americanus,* Prunus susquehanae* (un cerisier nain), Rubus flagellaris, Hypericum kalmianum*et de magnifiques parterres d’un sumac, le Rhus aromatica*. Reste à voir l’Hudsonia tomentosa,* plus abondante à l’ouest du Pontiac. D’autres espèces sont dignes d’intérêt comme Lonicera dioica et L.hirsuta (des chèvrefeuilles), Physocarpus opulifolius, Zanthoxylum americanum*(munis d’épines et au port très aéré), Viburnum rafinesquianum,* V.lentago et V.acerifolium (des viornes aux  fleurs très mellifères), Amelanchier alnifolia, Cornus rugosa et C.amomum(obliqua) (des cornouillers), L’Ilex verticillata(le Houx, formant des bosquets denses), l’étonnante Shepherdie (Shepherdia canadensis) aux feuilles tapissées de poils et argentées inférieurement, dont les baies servaient de savon chez certains peuples amérindiens.On remarque aussi le Bidens discoïda,* la Verge d’or faux-ptarmica (Solidago ptarmicoïdes), les Lamiacées Pycnanthemum virginianum *(rare) et Dracocephalum parviflorum.Du côté des Orchidacées, on note les rarissimes Spiranthe lustrée (Spiranthes lucida)*à fleurs blanches, Platanthère petite-herbe (Platanthera flava)* à fleurs jaunes et Cypripède tête-de-bélier (Cypripedium arietinum)à fleurs blanches et brunes panachées de rouge-pourpre.On recherchera aussi le Cypripedium parviflorum (calceolus), un Sabot-de-la-Vierge à fleur jaune, et le Liparis Loeselii, aux fleurs verdâtres. En eaux peu profondes,on a pu admirer les plus petites plantes au monde, les rares Wolffies flottantes; Wolffia columbiana et W.borealis, grandes comme la pointe d’un crayon. Elles pourraient survivre longtemps dans un verre d’eau sur la table de votre cuisine. Nous espèrons fortement découvrir les rares Utriculaires de ce secteur, les Utricularia gibba, U.resupinata*et U.geminiscapa, de menues plantes en partie carnivores. En effet, les utricules, dont le mécanisme fut longuement étudié, sont ces petites capsules submergées agissant comme des pièges à zooplancton. En milieux marécageux, nous avons pu admirer un millepertuis au coloris rougeâtre, le Triadenum virginicum et une plante peu élégante, qui a l’air d’une grosse tige plantée de biais, le Decodon verticillatus.Les autres espèces locales à trouver sont Viola affinis, Allium canadense (cousin de l’Ail des bois), Proserpinaca palustris*, Ranunculus flabellaris,Gentianopsis crinita, Persicaria robustior et P.hydropiperoïdes,ainsi que Gratiola aurea. Pour les plus communes espèces, tout aussi intèressantes, on doit mentionner Viola nephrophylla, Triadenum fraseri, Asclepias incarnata, Lathyrus palustris et L.ochroleucus*, Spirea alba et les merveilleuses Lobélies de Kalm (Lobelia kalmii) (12) (vues à Pontiac-Station), ténues et gracieuses, à fleurs d’un bleu intense, se contentant pour pousser de fentes sur les rochers du bord de la rivière Outaouais, conséquemment englouties sous l’eau au printemps. Les boisés et ruisseaux de Pontiac-Station nous réservaient aussi Stachys palustris, le rare et très typé Galium circaezans (13) ainsi que de rutilantes Lobelia cardinalis. Les milieux forestiers mixtes nous ont livré Waldsteinia fragaroïdes,* le spectaculaire Pedicularis canadensis, ainsi que Polygala paucifolia, bien caché dans la litière. Les milieux ouverts ou semi-ouverts nous offrent une vaste panoplie végétale avec les raretés comme Astragalus australis, Minuartia michauxii (Sabline dressée), Asclepias tuberosa, Corydalis aurea, Geranium carolinianum, Helianthemum canadense, Lysimachia quadrifolia et L. hybrida*, Polygala senega et P.polygama, Vicia americana, Adlumia fungosa*et Polygonella articulata*. Parmi les plus communes, il faut quand même signaler le Cephalanthus occidentalis sur les rivages, avec ses fleurs en boule d’allure extra-terrestres, Rosa acicularis, Saxifraga virginiensis, le Raisin-d’ours (Arctostaphylos uva-ursi), la Scutellaire minime (Scutellaria parvula) avec ses tubercules en chapelet, les pigamons Thalictrum confine, T.pubescens et T.venulosum, Penstemon hirsutus, Euphorbia maculata et E.serpyllifolia,  Lilium philadelphicum (14) (Ce lis d’une grande beauté lors de sa floraison vaut le détour à lui seul), Astragalus canadensis, Potentilla fruticosa (omniprésente), P.arguta et P.recta, Symphoricarpos albus et le beau liseron de couleur blanche (non grimpant) Calystegia spithamaea (vu à Knox-Landing), espèce des alluvions sablonneuses vivant en association avec Lycopodium tristachyum, Panicum depauperatum et Populus grandidentata (Peuplier à grandes dents).Je ne m’avance pas avec les Cypéracées et les Poacées (Graminées), car la liste est longue et concerne les connaisseurs. Bref, on ne s’ennuie pas dans ce secteur, n’est-il pas ?

10- Tortue musquée, ponctuée, des bois, mouchetée, molle à épines et Terrapène géographique
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img334.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img335.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img336.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img337.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img338.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img339.jpg

11- Ceanothus herbaceus(ovatus) : rameaux florifères(2)
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img340.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\newjerseytea7.jpg

12-Lobelia Kalmii : sommités florales de différentes sous-espèces
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\1963.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\lobeliakalm.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\hdw12089930s.jpg

13- Galium circaezans : détails des structures / Sommité florale / verticilles
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\normal_britt-2402-galium-circaezans.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\Galium_circaezans_plant.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\80311_large.jpg

14-Lilium philadelphicum : détails des structures
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img342.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img343.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\0604.jpg

E-Les dunes de Schwartz
Prenons maintenant la direction du nord, pour la région dite des Collines-de-la-Gatineau. Rendus à Kazabazua sur la 105, nous empruntons la 301 vers l’ouest et Danford Lake. De là nous nous dirigons vers le sud et de nouveau l’ouest par le chemin de Cawood, en direction de Schwartz, qui fait intersection avec la 303. Pas très loin de là, côté nord, nous entrons brusquement dans un décor surréel de hautes dunes semi-dénudées, entrecoupées de plateaux qui rôtissent au soleil.On se croit au Yémen ou une place comme ça.Un peu plus et je voyais enfin, dans son habitat, la véritable Outarde..(15).Côté flore, les raretés abondent : au premier chef le très aromatique Hedeoma hispida (16) dont ces dunes s’avèrent une station reconnue, suivi du Trichostema brachiatum * et de la minuscule fougère Botrychium rugulosum (17). En 2010, l’exploration sommaire d’un plateau nous a dévoilé des lycopodes intèressants, de surprenants Senecio pauperculus et des Gnaphalium non identifiés.Des arrêts sur le chemin de Cawood ont mené à l’observation, outre les oiseaux, de Hypericum canadense, Scrophularia lanceolata (fleurs en forme de casque de romain renversé) et Symplocarpus foetidus (Tabac du diable), une Aracée au cycle de vie si remarquable et complexe. Ne pas oublier, non loin,  la montagne de Danford Lake et les tourbières de Kazabazua qui nous tendent les bras.

15-Outarde arabe (Ardeotis arabis)
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img346.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\20090107063524.jpg

16-Hedeoma hispida : sommité florale / zoom sur la fleur
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img346.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\Hedeoma_hispida_9783_500.jpg

17-Botrychium rugulosum : plante entière (2) / détail des frondes stériles
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\Sceptridium-rugulosum-specimen.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\BOTRUG_EJJ.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\botrug_aspect02.jpg

F-Labelle
Une excursion de Flora quebeca m’a porté en 2009 jusqu’à cet endroit de la section Hautes-Laurentides de notre territoire. Destination : un vaste terrain à flanc de montagne ayant appartenu à un confrère de Marie-Victorin, qui connaissait les richesses floristiques s’y cachant. Puis, à son décès, il voulut que la réserve soit cédé à un organisme qui la préserverait, en l’occurence ici un collectif d’artistes pour qui cette forêt sert de retraite et de lieu de création.Question de payer leurs activités, ils organisent des visites de groupes de naturalistes comme le nôtre. D’emblée, le site regorge de mousses et hépatiques, de quoi faire saliver nos deux bryologues présents, et de quoi nous instruire grâce à eux.Vaste domaine d’étude que celui-là. Le sous-bois était tapissé par endroits de Gnaphalium sylvaticum, parsemé ça et là de colonies de Mitchella repens. On découvre une Botrychium dissectum, identifiée non sans beaucoup de palabres.Une clairière tourbeuse du sommet est couverte de typiques Dryopteris cristata, (générale mais dissiminée) aux frondes recroquevillées. Puis, le long du ruisseau tributaire de cette tourbière, un expert aperçoit dans la vase une implantation de Dorines d’Amérique, Chrysosplenium americanum,(18) (peu commune) qui fleurit très tôt en mars et début avril. La fleur de cette espèce ne possède pas de pétales mais seulement des sépales pétaloïdes verts. Dans une profonde coulée, zone toujours productive s’il en est, après avoir reconnu des Glyceria melicaria formant de gracieuses colonies, nous tombons sur une espèce méridionale et une autre nordique quasi côte-à-côte; un spécimen de Deparia acrostichoïdes (sans doute à sa limite nord) et un groupe du toujours éclatant Polystic de Braun, Polystichum Braunii,(19) fougère circumboréale dissiminée à l’état reliqual dans les parties froides du Québec.

18-Chrysosplenium americanum : plante entière / feuillage / fleur
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\Chrysosplenium_americanum_FA.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\Chrysosplenium-americanum-~-American-golden-saxifrage-2.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\Sceptridium-rugulosum-specimen.jpg

19-Polystichum Braunii : détails des structures / allure générale (2) / segments primaires et secondaires
C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img348.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\img349.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\0499.jpg C:\Documents and Settings\All Users\Documents\CLAUDE\WJbraunii6.jpg

Je crois bien vous avoir montré, si besoin était, que le territoire du COO est un gisement infini d’espèces végétales.Non seulement est-il de plus en plus fréquenté par les amateurs québécois, mais il appert que d’ores et déjà, il attire aussi irrésistiblement  les botanistes ontariens, comme ceux du OFNC. Mais, botanique mise à part, nous devons affirmer sans ambages que notre région est de toutes façons une destination nature tout azimuth, parée de paysages uniques. Nous n’avons même pas abordé des sites comme la Petite-Nation, la baie McLaurin, la forêt Boucher, le Parc de LaVérendrye ou la rivière Dumoine, laquelle représenterait un véritable trésor national. Souhaitons que nous vivrons des excursions ornithologiques en des lieux inédits, comme ceux que cet article a cités ou d’autres, qui serviront également de prétextes pour profiter des paysages dans toute leur splendeur et des autres largesses de Mère Nature, comme nous le pratiquons depuis toujours sans le dire.Dépêchons-nous, ce pourrait bien représenter le dernier coup d’oeil, car les habitats se dénaturent, s’appauvrissent et disparaissent à une cadence effarante; humanité oblige.

Claude Martineau, adorateur compulsif