CLUB DES ORNITHOLOGUES
DE L'OUTAOUAIS
Les oiseaux et leurs habitats à coeur depuis 1978.     (Photos: A. Cloutier, F. Morand)
Club des ornithologues de l'Outaouais
Excursions et récits
Informations utiles pour voyager au Venezuela

Hébergement (généralités) Coûts : il y a des hôtels pour toutes les bourses.
Internet : on peut faire des recherches sur les hôtels à partir des destinations touristiques (nom des villes).
Guides de voyages : Nous avons utilisé les guides de voyage Lonely Planet et Footprint pour nous documenter. Le livre de Mary Lou Goodwin, Birding in Venezuela, présentement en cours d'édition (la 4e édition,1997, est épuisée chez ABA) contient de bonnes informations sur les hôtels des destinations ornithologiques. J'ai réussi à obtenir les chapitres des états de Aragua (parc Henri Pittier) et de Carabobo (Palmichal) en communiquant avec elle par courriel ( Mary Lou Goodwin advocacy@telcel.net.ve, téléphone : 58/2-992-28-12, fax : 58/2-991-07-16). C'est un «must».
Réservations : il peut être difficile de réserver si vous organisez votre propre voyage parce que les cartes de crédits ne sont pas toujours acceptées et les transferts d'argent sont difficiles vers le Venezuela. Normalement, il y a toujours des disponibilités en dehors des périodes de congés et de vacances (Noël, Pâques, etc. Les fêtes sont bien identifiées, sauf pour le carnaval qui dépend de la date de Pâques (en 2001, Pâques tombait le 15 avril; le carnaval s'échelonnait du vendredi 23 février au mardi 27 février).
NOTA : tiradero : hôtel partiellement employé comme maison de passe; campamento : souvent inclus dans les forfaits, servent des repas et organisent des tours.

Transports (généralités)

Les normes du Venezuela sont très différentes des normes nord-américaines. Il faut donc s'attendre à voyager dans des véhicules qui ne passeraient pas les tests au Canada. La location de voitures est souvent déconseillée (risques d'accident élevés et assurances très coûteuses), mais plusieurs touristes optent pour cette solution. Les transports en commun, surtout les autobus, sont très abordables. Il n'est pas nécessaire d'acheter son billet à l'avance. À bord des autobus un agent est responsable de ramasser l'argent et de distribuer les billets, même dans les gares centrales! Les autobus partent dès qu'ils sont pleins, sans horaires fixes. Les départs sont nombreux et fréquents. On peut aussi se faire transporter en quatre roues motrices dans les endroits plus difficiles d'accès (demander à votre hôtel ou dans une agence de voyage locale). Le taxi est une bonne façon de se déplacer pour les petits groupes. Il faut négocier le prix à l'avance. Pour bien négocier, il est bon de demander le prix d'une course à l'hôtel ou de s'informer à plusieurs chauffeurs de taxi pour comparer les prix. Des taxis spéciaux appelés por puesto (= carro, carrito), partent aussi quand ils sont pleins. Le transport par avion est subventionné. Il est très économique de voyager en avion à l'intérieur du pays pour éviter les longues heures sur la route lorsqu'on doit faire de longs trajets.

Argent

Les cartes de crédit ne sont pas acceptées partout, surtout dans les petites villes. Mais c'est quand même une solution intéressante, car elles permettent de prendre des avances aux guichets automatiques pour peu qu'on ait pris soin de faire une avance à son compte Visa ou Master Card avant de partir afin d'éviter les frais de crédit sur les avances.
Apportez des chèques de voyage en dollars américains. Même si toutes les banques n'acceptent pas de les échanger contre la monnaie locale, le Bolivar (environ 450 Bs pour un dollar canadien en février 2001), il y a toujours des commerçants qui jouent le rôle des banques dans les petites villes (moyennant des frais minimes). C'est, malgré tout, le meilleur compromis. Dans les grandes villes, les Banques sont ouvertes de 8 h 30 à 11 h 30 et de 13 h à 16 h, du lundi au vendredi. Il est préférable d'y aller le matin (limites sur le nombre de transactions)

Alimentation

Restaurants : Le prix comprend 10 % de service. Il est exceptionnel d'ajouter un pourboire. Le cas échéant, on peut manger en la barra (au bar) pour éviter de payer le supplément. Les repas ne sont pas très chers (surtout le menú del día ou menú ejecutivo (soupe et plat principal). Typique au Venezuela, l'arepa est un aliment d'accompagnement chaud fait de farine de maïs. On en mange avec tout, du petit déjeuner au dîner (souper). Il remplace la patate, le riz, voire le pain des nord-américains. Il ressemble à un muffin anglais. On l'ouvre en deux pour y mettre légumes, viandes, fromage, etc.

Téléphone

Canada Direct : du Venezuela : 800-11100. Achetez une carte CANTV. On en trouve dans la rue ou dans les épiceries. Des vendeurs dans la rue, près des cabines téléphoniques, peuvent même vous charger quelques minutes à partir d'une carte si vous avez seulement un court appel à faire! Téléphone à frais virés (llamada de cobro revertido), Canada, 800-11-10-0 (ne pas faire le 00 avant, pas besoin de carte). Appels internationaux : 00, puis code du pays.

Aéroport de
Caracas et environs

Taxis près de l'aéroport : prendre les taxis officiels (vannettes noires), pas les pirates (ils chargent moins cher, mais certains touristes ont eu des problèmes de vols). Environ 10 000 Bs de l'aéroport de Caracas à Catia la Mar, agglomération la plus près. Hébergement près de l'aéroport : se rendre à Catia la Mar à l'hôtel Tanausu (30 000 Bs ou 66 $ CAN par nuit pour 2 personnes). Cet hôtel est sécuritaire. Prendre une chambre près de la mer (# 28), car il y a moins de bruit que près de la rue (vous aurez le bruit des vagues par contre, mais c'est plus agréable).
Taxe d'aéroport : au départ de Caracas pour le Canada, il y a une taxe d'aéroport de 21 $ US.

Henri Pittier et environs (état d'Aragua)

Parc national situé entre la ville de Maracay et la mer. Les villes de Choroní et Puerto Colombia sont situées de l'autre côté du parc, près de la mer.
Transports : en autobus, le trajet de deux heures qui sépare Caracas de Maracay coûte 1700 Bs par personne. Pour se rendre de Maracay à Puerto Colombia, par un autobus qui emprunte des chemins de montagne très sinueux, il nous en a coûté 2000 Bs par personne (4 $ CAN). C'est peu cher pour toutes les émotions que le trajet vous procure. En taxi, nous avons pu nous rendre de Puerto Colombia à Rancho Grande (1100 m d'altitude, droit d'entrée : 600 Bs par personne) pour 15 000 Bs (30 $ CAN, une vraie aubaine étant donné que le trajet prend environ 2 heures et demi pour passer d'un côté du parc à l'autre).
Hébergement : plusieurs hôtels sont disponibles dans la ville de Maracay ou dans les petits villages de Puerto Colombia et Choroní sur la côte. Nous avons choisi l'hôtel Alemania, à Puerto Colombia, 32 $ US par nuit pour deux personnes (petit déjeûner copieux compris). On peut aussi loger à la station Rancho Grande dans des conditions minimales (5000 Bs ou 10 $ CAN par personne, chambres à plusieurs lits - petit dortoir). Il faut apporter sa nourriture. Si vous devenez ami avec le biologiste de garde, il vous offrira du café fait selon une méthode maison originale - ça vaut le coup d'essayer. Sentiers intéresants (Sendero) pour observer les oiseaux et faire de la randonnée pédestre. On peut aller au sommet Pico Guacamayo. Le sentier qui va de la station à Cuyagua a presque disparu. Il pleut souvent l'été, saison des pluies. On peut aussi faire de la randonnée dans le parc, trajet Choroní-Chuao, 5 à 7 heures (préférable avec un guide) et trajet Chuao-Turmero, 2 à 3 jours!
Excursions guidées, parler à Ernesto Fernández, Lonely Planet, p. 82. On peut louer les services d'un bateau pour se déplacer vers plusieurs destinations le long de la côte (groupes), surtout à partir de Puerto Colombia (60 à 80 $ US).

Palmichal (état de Carabobo)

Situé à 30 km (une heure en camion) au nord de Bejuma, ville de 25 000 habitants, et à environ 900 m d'altitude, la station de Palmichal abrite un centre de recherche établi dans la réserve écologique du bassin de la rivière Morón.
Ce centre appartient à Pequiven, société d'état vénézuélienne de pétrochimie (http://www.pdv.com en espagnol). La Société Audubon du Venezuela suit ce projet de près et agit à titre de représentant pour le centre : (http://www.audubondevenezuela.org/eco-tours.htm).
Transports : par taxi, 35 000 Bs de Maracay pour 4 personnes et par autobus, 5000 Bs par personne. On peut aussi se faire conduire en camion au parc de Morrocoy (60 $ US), à la ville Valencia (44 $ US) ou à Bejuma (15 $ US).
Hébergement : on peut demeurer (logé et nourri, 3 repas par jour) à Casa Maria, un B&B pour 98 $ US par personne par jour, occupation double. La cuisine est excellente et les propriétaires charmeurs. Nous avons choisi de demeurer au centre de recherche de Palmichal (également logé et nourri, 3 repas typiquement vénézuéliens) pour 70 $ par personne par jour si on fait une réservation via la Société Audubon du Venezuela (http://notiexpress.com/ab/ab.htm). Il faut payer d'avance en faisant un transfert de fonds via la Bac Florida Bank, une banque spécialisée dans les transferts d'argent en Amérique du Sud. Si on veut faire soi-même ses réservations pour économiser, il faut se rendre à Palmichal sans savoir s'il y aura de la place. Les frais sont de 45 $ US par jour par personne, occupation double ou multiple. Le centre de recherche de Palmichal est difficile à joindre par téléphone ou par fax sans passer par la Société Audubon.
Excursions : les réservations se font sur place avec le personnel. Le marais de San Pablo, une journée avec lunch fourni, 103 $ US, niveau de la mer. La Justa, 44 $ US, une demi journée, altitude 300 m. Le secteur de Capita, une journée avec lunch fourni, 115 $ US.

Parc national de Morrocoy (état de Falcón)

Situé à 200 km à l'ouest de Caracas à vol d'oiseau et à environ 100 km au nord de Bejuma, ce parc marin des Caraïbes est immense. Il est composé de plusieurs îles appelées «cayos». Deux baies, Golfo Triste et Golfete de Cuare, en constituent les deux secteurs. On y accède via Tucaca, par le sud et Chichiriviche par le nord. Nous avons choisi de demeurer à Chichiriviche sur la recommandation d'un guide ornithologue rencontré à Rancho Grande.

Transports : par taxi (ou camion,1 h 30 de Palmichal) le transport nous a coûté 60 $ US). On peut aussi prendre l'autobus à partir de Valencia.
Hébergement : le guide ornithologue nous avait recommandé l'hôtel La Garza. Cet hôtel est situé en face du poste de police, sur la rue principale, près de l'office du tourisme et une agence de voyage qui organise des excursions en bateau. Un autobus (gratuit) peut nous conduire à la plage, mais nous avons préféré marcher les quelques kilomètres qui nous séparent des restaurants, de la plage et autres attractions de cette petite ville.
Excursions en bateau : les réservations peuvent se faire via l'agence La Bomba, située dans le même édifice que l'office du tourisme (CORFAL). On peut aussi réserver directement d'un capitaine au port de Chichiriviche. Nous avons choisi une excursion d'une journée avec trajet personalisé (agence La Bomba : 60 000 Bs): visite de la réserve de Cuare (Golfete de Cuare), visite des grottes avec peintures rupestres anciennes, repas et baignade à Cayo Sal (saline) et, finalement, plongée en apnée (tuba) à Cayo Peraza. Le meilleur endroit pour la plongée est Cayo Sombrero, mais il est beaucoup plus éloigné.
Un petit marais près de l'hôtel La Garza nous a permis d'observer plusieurs espèces d'oiseaux typiques. À ne pas manquer.

Divers

Copies de documents : pour les groupes, faire une photocopie de la page d'identification du passeport, des numéros de chèques de voyage, de votre itinéraire et de vos billets d'avion afin de les confier à un ami. C'est pratique en cas de vol.
Urgences : aide d'urgence hors des heures de bureau - ambassade du Canada à Caracas : 58 (2) 264-0833, 263-4666, 263-1414 ou 263-3270; ministère des Affaires étrangères à Ottawa, sans frais : 1 (800) 15199, ou (613) 996-8885.
Lavage : on peut faire laver son linge en parlant au personnel des hôtels, ou bien demander où se trouve une laverie (lavandería).
Vols : en cas de vol, faire une déclaration à la Policía Técnica Judicial. La réclamation se fait au retour.
Maladie : Vaccins : consulter votre clinique médicale voyage à l'avance.

Coût total par personne

Billets d'avion et assurances diverses = 740 $ CAN
Hébergement, nourriture et transports dans le pays = 875 $ CAN
Total (durée : 19 jours - 22 février au 12 mars) = 1 615 $ CAN
Soit un coût quotidien d'environ 85 $ CAN

Sites Internet
(en anglais)

Société Audubon du Venezuela :
http://www.audubondevenezuela.org/index_ingles.htm
Liens intéressants :
http://www.camacdonald.com/birding/savenezuela.htm
http://www.fatbirder.com/links_geo/america_south/venezuela.html

Rapports de voyages :
http://birding.miningco.com/hobbies/birding/msub2-sa-ven.htm

Site Internet
(en français)

Voyages sur mesures au Venezuela :
Condorjourneys-adventures (Venezuela)
Condorjourneys-adventures (oiseaux)
Condorjourneys-adventures (oiseaux au Venezuela)